À la Ryder Cup, le spectacle est aussi dans les tribunes

Les \"bananamen\" mettent l\'ambiance dans les tribunes de la Ryder Cup.
Les "bananamen" mettent l'ambiance dans les tribunes de la Ryder Cup. (GUILLAUME BATTIN / RADIOFRANCE)

La Ryder Cup oppose jusqu’à dimanche les meilleurs golfeurs européens aux meilleurs golfeurs américains sur le parcours du golf national de Saint-Quentin-en-Yvelines, près de Paris. Parmi les 270 000 spectateurs attendus, certains assurent aussi le spectacle dans les tribunes.

La Ryder Cup, cette compétition qui a lieu du 28 au 30 septembre 2018 et qui oppose les meilleurs golfeurs européens aux meilleurs golfeurs américains, a lieu cette année sur le parcours du golf national de Saint-Quentin-en-Yvelines près de Paris.

L'événement, regardé par plus d’un milliard de téléspectateurs, est aussi suivi par plus de 270 000 personnes sur place. Des passionnés de golf qui ne manqueraient ce rendez-vous pour rien au monde. Si certains viennent en famille, d’autres sont là entre copains, parfois déguisés.

Dans cette compétition qui oppose les Etats-Unis et l\'Europe, il est important de bien afficher ses couleurs.
Dans cette compétition qui oppose les Etats-Unis et l'Europe, il est important de bien afficher ses couleurs. (GUILLAUME BATTIN / RADIOFRANCE)

C'est le cas par exemple de ces Anglais, tous déguisés en "Bananaman", un super-héros britannique qu'affectionnent particulièrement Edward et ses amis, toujours un verre à la main. "On a préparé ces déguisements pour rigoler. Quand on est dans la foule, on ne peut pas nous rater. Ça permet aussi de mettre la pression aux Américains!" 

Chacun arbore les chaussures et la cape du super-héros, mais aussi son masque, ses petites cornes, et ses pectoraux bleus. Du jaune et du bleu : les couleurs de l’Europe et de leur club de foot, Burnley, en Angleterre. "Nous sommes douze 'banana men'. On assiste surtout à des courses de chevaux mais là on ne pouvait pas rater la Ryder Cup. C'est vrai que l'on voit mieux à la télé, mais c'est génial d'être là."

La compétition n\'exclut pas la fraternisation. 
La compétition n'exclut pas la fraternisation.  (FABRICE RIGOBERT / FRANCEINFO)

Edward et les autres font partie de ces petits groupes de spectateurs qui mettent l’ambiance à la Ryder Cup. De quoi patienter entre chaque balle.

Vous êtes à nouveau en ligne