Pour Alain Boghossian, Zinédine Zidane "peut encore repousser les limites avec l'équipe nationale"

Alain Boghossian, alors entraîneur adjoint de l\'équipe de France, le 21 juin 2012, à Donetsk (Ukraine).
Alain Boghossian, alors entraîneur adjoint de l'équipe de France, le 21 juin 2012, à Donetsk (Ukraine). (FRANCK FIFE / AFP)

L'ex-coéquipier de Zinédine Zidane en équipe de France estime, jeudi sur franceinfo, que Zidane a "prouvé qu'il savait entraîner" et qu'un jour, "il aimerait certainement entraîner l'équipe de France".

"C'est tout à son honneur de se retirer maintenant. Il a fait un choix réfléchi", a réagi, jeudi 31 mai sur franceinfo l'ancien footballeur Alain Boghossian, champion du monde en 1998, après l'annonce du départ de Zinédine Zidane de son poste d'entraîneur du Real Madrid. Alain Boghossian estime que Zidane a "prouvé qu'il savait entraîner" et qu'un jour, "il aimerait certainement entraîner l'équipe de France". Selon lui, "il peut encore repousser les limites avec l'équipe nationale".

franceinfo : Est-ce que le départ de Zinédine Zidane du Real est une surprise ?

Alain Boghossian : Ce n'est pas tout à fait une surprise. Cela fait pas mal d'années qu'il est au Real. Il a touché le Graal, la Champions League. Pour lui, aller plus haut, cela peut être compliqué. Il estime qu'il a fait le boulot. C'est tout à son honneur de se retirer maintenant. Il a fait un choix réfléchi. C'est une totale réussite. Pour faire mieux, c'est très compliqué. Il s'en va en haut de la pyramide. C'est son choix. Ce n'est pas pour aller dans un autre club. C'est simplement pour se donner un peu d'air, pour se dire : "J'ai accompli le taf. Personne ne me voyait en tant qu'entraîneur." Aujourd'hui, il a prouvé qu'il savait manager, qu'il savait gérer, qu'il savait entraîner. Un jour, ce qu'il aimerait certainement, c'est entraîner l'équipe de France.

Il a essuyé quelques critiques au Real. Il avait peur de cela ?

Les critiques font partie du métier d'entraîneur. Lui, il les a assumées. Aujourd'hui, il a démontré que même avec les critiques, en étant sous pression, il est arrivé à un objectif, ce troisième titre de Ligue des champions consécutifs. Il l'a fait. Il fait partie des grands. Cela a été un grand joueur et un grand entraîneur. Tout le peuple de Madrid va encore le soutenir longtemps.

Son prochain objectif, est-ce que ce serait de devenir sélectionneur de l'équipe de France ?

Il ne m'en a pas parlé, mais je pense que dans un coin de sa tête, c'est l'équipe de France. Pour lui, c'est énorme. La victoire en 1998 est le plus beau titre en tant que joueur. Le fait d'être sélectionneur de l'équipe de France, je ne sais pas si c'est pour demain, dans deux ans ou dans quatre ans, mais ce sera lui. Aujourd'hui il se retrouve avec des titres. Bravo à lui et à ce qu'il a fait. Je pense qu'il peut encore repousser les limites avec l'équipe nationale.

Est-ce que c'est le bon moment pour annoncer son départ, à quelques jours du début de la Coupe du monde ?

Il n'y a jamais de bon ou de mauvais moment dans l'annonce. C'était un moment opportun pour lui pour que le Real puisse de retourner et choisir un autre entraîneur. Aujourd'hui Didier Deschamps est en place, il prépare sa Coupe du monde, il a re-signé deux ans. Pour l'instant ce n'est pas l'objectif de Zinédine Zidane.

Vous êtes à nouveau en ligne