Scandale de corruption à la FIFA : Jack Warner dans l’œil du cyclone

(L'ex vice-président de la Fifa Jack Warner, aurait demandé 7 millions de dollars à l'Egypte en 2004, en échange de sept voix pour le Mondial 2010, a assuré dimanche un ex-ministre des Sports égyptien © Maxppp)

De nouvelles révélations dans le scandale de corruption à la FIFA. Elles concernent toujours un homme au passé visiblement très sulfureux : le Trinidadien Jack Warner, ancien vice-président de l'instance mondiale de foot. Les accusations émanent cette fois de l'Egypte et de l'Afrique du Sud.

Et c'est encore de pots-de-vin dont il est question. C'est d'abord l'ancien ministre des sports égyptien qui a dégaîné en expliquant que Jack Warner se serait manifesté en 2004 pour proposer à ce ministre un marché en vue de l'attribution du mondial 2010 pour lequel l'Egypte était candidate. Warner aurait demandé 7 millions de dollars en échange de 7 voix pour le vote, ce qu'a refusé le ministre égyptien. Bilan : aucune voix reçue pour l'Egypte. C'est l'Afrique du Sud qui a alors été choisie.

L'Afrique du Sud, justement, s'est privée de 10 millions de dollars de la FIFA pour organiser ce Mondial. Ils ont été déroutés au profit du développement du foot dans les Caraïbes et versés sur les comptes de la CONCACAF, la confédération qui rassemble l'Amérique du nord, l'Amérique centrale et les Caraïbes. Oui mais c'est le même Jack Warner qui en était le président, en plus de son siège de vice-président à la FIFA. Il se serait alors largement servi dans ces 10 millions de dollars, avec plus de la moitié de la somme détournée. C'est ce que révèle la BBC, documents bancaires à l'appui.

Jack Warner est dans l'oeil du cyclone. Interpol a émis une notice rouge et la justice américaine le réclame. Mais lui vit pour le moment tranquillement à Trinité-et-Tobago.

Vous êtes à nouveau en ligne