Résumé de la 37e journée de Ligue 1 : le PSG sacré, Evian en L2

Les joueurs du PSG fêtent leur titre de champion, acquis sur la pelouse de Montpellier le 16 mai 2015. 
Les joueurs du PSG fêtent leur titre de champion, acquis sur la pelouse de Montpellier le 16 mai 2015.  (PASCAL GUYOT / AFP)

Les comptes twitter des clubs se sont déchaînés en cette fin de championnat.

Toute l'actualité de votre club après la 37e journée, disputée le 16 mai, résumée en deux phrases, pas toujours sympa. 

1- PSG 80 points (vainqueur à Montpellier 2-1). Les Parisient décrochent leur troisième titre de champion consécutif. Malgré une impression plus brouillonne que l'an passé, leur bilan est inattaquable. "Nous avons été là à la fin, nous avons fait ce qu'il fallait pour aller chercher ce titre. Nous le méritons amplement", résume Blaise Matuidi sur Canal +.

2- Lyon 72 (accroché par Bordeaux 1-1). Tous les Lyonnais ont fait un tour d'honneur au stade Gerland pour fêter leur belle saison. Tous, sauf Yoann Gourcuff, blessé à l'orteil (et en partance pour Bordeaux). Un résumé de son passage à Lyon.

3- Monaco 68 (se débarrasse de Metz 2-0). L'ASM, c'est le triomphe de la défense. On l'a encore vu : l'équipe a eu les pires difficultés à se débarrasser de Metz.

4- Marseille 66 (s'est promené à Lille 4-0). On a retrouvé l'OM du début de saison, quand tout réussissait aux joueurs de Marcelo Bielsa, quand les attaquants empilaient les buts avec insouciance. L'OM récupère la deuxième place... au classement des attaques. Les supporters de l'OM sont pleins d'arguments.

5- Saint-Etienne 66 (l'emporte dans la douleur à Evian 2-1). Les Verts se sont sortis du piège haut-savoyard en décrochant une victoire précieuse contre le cours du jeu. Pourtant, à l'issue du match, l'entraîneur Christophe Galtier n'a pas parlé de leur rêve de la 3e place, mais du départ inéluctable de leur avant-centre Max-Alain Gradel à la fin de saison, probablement pour un club anglais de seconde zone. Vous avez dit manque d'ambition ?

6- Bordeaux 60 (ramène un point de Lyon 1-1). La sixième place de L1 sera qualificative pour la Coupe d'Europe... si Paris bat Auxerre en finale de la Coupe de France. D'où ce tweet : 

7- Montpellier 56 (battu par Paris 1-2). Beau joueur, Rolland Courbis, le coach pailladin :  "Laurent Blanc, dans 10 ans, sera encore meilleur qu'aujourd'hui. Pour un débutant, c'est pas mal !" Le "jeunot" a déjà gagné trois titres de champion, quand son aîné n'en a glané aucun.

8- Lille 53 (écrasé à domicile par l'OM 0-4). Le seul moment où les fans du LOSC et ceux de l'OM ont été à l'unisson, c'est pour siffler l'annonce du sacre du PSG. 

9- Rennes 50 (battu à Reims 0-1). Une fin de saison anonyme pour les Rennais, à l'image de leur saison, où ils n'ont fait illusion que pendant l'automne. 

10- Guingamp 49 (vainqueur de Toulouse 2-1). Avec le 16e but de l'inévitable Claudio Beauvue, révélation de la saison. Il a marqué plus cette saison que lors des quatres dernières années.

11- Bastia 47 (grapille un point contre Caen 1-1). Et peut fêter dignement les 110 ans du club par un maintien amplement mérité. "On a procuré du plaisir aux gens, c'est pour ça qu'on fait ce métier-là", se félicite Ghislain Printant, le coach corse.

12- Nice 45 (vainqueur in extremis de Lens 2-1). Pas d'incidents à signaler malgré une semaine tendue, marqué par des jets de bombes agricoles lors de l'entraînement des Aiglons. " C’était un match pas simple pour plein de raisons, mais le groupe a répondu dans la difficulté", réagit Claude Puel, l'entraîneur très critiqué des Niçois. "On voudra bien finir à Toulouse, comme il se doit. C’est la seule chose qui est dans nos esprits"

13- Nantes 45 (lambine face à Lorient 1-1). Nantes, 29 buts en 37 matchs, pire attaque de Ligue 1. Devant un tel spectacle, les supporters ont pris le devant contre toute hausse tarifaire : 

14- Reims 44 (gagne le match du maintien contre Rennes 1-0). Le président rémois a plus vibré lors du but de Saint-Etienne, qui condamnait Evian, que lors de l'ouverture du score de son équipe : "J'ai sauté dans la loge quand saint-Etienne a marqué", confie Jean-Pierre Caillot.

15- Caen 43 (ne fera pas l'ascenseur après son nul à Bastia 1-1).

16- Lorient 43 (gratte le point du maintien 1-1). Forcément, quand on est coach de Lorient, on file la métaphore maritime. N'est-ce pas Sylvain Ripoll ? 'On a traversé des tempêtes, le bateau a tangué parfois, mais on l'a ramené sur le port de la Ligue 1 et je pense que c'est ça le plus important. J'ai pas cru au naufrage, mais ça a soufflé parfois très fort. "

17- Toulouse 42 (s'incline à Guingamp 1-2). Le club se félicite d'avoir changé d'entraîneur en fin de saison, pour assurer l'opération maintien. 

18- Evian 37 (battu par Saint-Etienne 1-2). "On a concédé six défaites en début de saison. On a traîné un boulet tout au long de la saison", regrette Olivier Sorlin, le vétéran de l'ETG. Après deux saisons sur le fil du rasoir, l'ETG redescend à l'étage inférieur. L'entraîneur Pascal Dupraz a longuement harangué ses joueurs après le coup de sifflet final.

19- Metz 30 (battu à Monaco 0-2). Les supporters lorrains commencent à être fatigués de la placidité de leur entraîneur. Qui réagit souvent après-match comme dans ce tweet : 

20- Lens 26 (craque en fin de match à Nice 1-2). Encore un match et le chemin de croix des Sang et or sera terminé. 

Vous êtes à nouveau en ligne