Quand le nom de la mascotte du Mondial provoque un début de scandale au Brésil

(Eraldo Peres /AP/SIPA)

En dévoilant le nom de la mascotte du Mondial-2014 au Brésil – Fuleco – la Fifa a provoqué une levée de boucliers des internautes brésiliens. Car à une lettre près, le sympathique tatou jaune et vert se transforme en insulte ambulante.

L'idée, en soi, partait d'un
bon sentiment. Baptiser la mascotte de la prochaine Coupe du monde du doux nom
de Fuleco. Une contraction de football et écologie, le thème phare du
Mondial-2014 au Brésil. Ce nom, donné au Tatou jaune et vert et à la carapace
bleue a été choisi par vote et a obtenu 48% des suffrages (1,7 millions de
réponses) devant "Zuzeco" et "Amijubi".

Le problème, c'est qu'à une
lettre prêt "Fuleco" sonne comme "Fuleiro". Et là, tout de
suite, la bestiole devient moins sympathique. Car en brésilien, Fuleiro
signifie, entre autre, fumiste ou menteur. Pas de quoi porter haut les couleurs du foot brésilien, estiment les détracteurs. 

Pire ! Dans certaines régions
du Brésil, Fuleco, le nom exact de la mascotte, désigne de manière vulgaire le
postérieur. Le mot est d'ailleurs employé dans toutes sortes d'insultes fleuries. Conséquence, les internautes brésiliens se déchainent
pour exprimer leur révolte, leur honte ou leur colère.

La mascotte
"tatu-bola" ou tatou à trois bandes, une espèce en voie de disparition,
a été retenue par la Fifa après le long travail d'une ONG de protection de
l'environnement du nord-est brésilien.     

Vous êtes à nouveau en ligne