Du "transfert du siècle" au "casse-toi" : comment l'idylle entre Neymar et le PSG a tourné au vinaigre

Neymar lors du match de Coupe de France opposant le PSG à Strasbourg, au Parc des Princes (Paris), le 23 janvier 2019.
Neymar lors du match de Coupe de France opposant le PSG à Strasbourg, au Parc des Princes (Paris), le 23 janvier 2019. (FRANCK FIFE / AFP)

En 2017, la tour Eiffel s'illuminait en son honneur. Deux ans plus tard, les relations entre le club parisien et le joueur brésilien sont plus tendues que jamais. Retour sur la saga Neymar-PSG en six moments-clés.

Restera, restera pas ? Neymar a finalement choisi de mettre fin au suspense et de rester au PSG jusqu'à la fin de la saison, d'après les informations de franceinfo, samedi 31 août. Une décision qui intervient à la veille de la fin officielle du mercato, lundi 2 septembre, non pas par amour pour le club parisien, mais par lassitude pour les discussions autour de son transfert, qui piétinent. Un retour dans le vestiaire parisien s'annonce difficile : depuis juin et la volonté affichée par Neymar de quitter, et vite, la capitale, joueurs et supporters l'ont en grippe. 

En 2017 pourtant, l'arrivée du Brésilien et son transfert, le plus cher de l'histoire du football, suscitait l'émoi dans les rangs du club de la capitale. Franceinfo vous résume comment l'histoire d'amour a tourné au vinaigre.

Eté 2017 : le "transfert du siècle"

Pour comprendre la genèse de l'histoire il faut remonter au printemps 2016. La superstar Zlatan Ibrahimovic s'apprête à quitter la capitale : Paris se montre alors très intéressé pour le recrutement du "nouveau Pelé". Les rumeurs se font et se défont sur l'arrivée imminente du prodige brésilien au Parc des Princes. Le club sait se montrer patient. Au total, il faudra plus d'un an de discussions avec le père et agent de Neymar pour le convaincre du transfert. 

Ce n'est qu'à l'été 2017 que survient la nouvelle tant attendue des supporters parisiens. Le 2 août, le FC Barcelone annonce que son attaquant veut quitter ses rangs. Dès le lendemain, la clause libératoire est payée et le Brésilien rejoint le Paris Saint-Germain. Il ne prendra même pas le temps de vider son casier à la Ciutat Esportiva, le centre d'entraînement du Barça. Pas de déclaration officielle à la presse non plus, ni même d'ultime entraînement avec ses ex-coéquipiers. 

Pour le jeu de jambes de Neymar, le PSG débourse 222 millions d'euros. Soit le plus gros montant déboursé pour un joueur de foot, et de loin. Le Brésilien récupère le numéro 10, que lui cède Javier Pastore à l'occasion de sa première apparition dans le groupe. Les drapeaux brésiliens colorent la tribune parisienne, alors que la nouvelle recrue ne prend pas part à la rencontre. Même la tour Eiffel souhaite la bienvenue au joueur. "Paris est magique", réagit Neymar. 

Janvier 2018 : un quadruplé historique mais une polémique 

Les premiers mois de "Ney" au PSG sont glorieux. Dès son premier match sous ses nouvelles couleurs, contre Guingamp, le Brésilien enchaîne passes décisives et buts. Dans la foulée, le club parisien recrute Kylian Mbappé. Avec Edinson Cavani, ils forment un trio offensif redoutable, surnommé "MCN" dans les médias. Face au Bayern Munich, première grande affiche de la Ligue des champions, le trio régale les spectateurs du Parc des Princes. La lune de miel commence.

Le 17 janvier 2018, Neymar époustoufle le championnat en participant brillamment à la plus large victoire du PSG à domicile en Ligue 1 : 8 à 0 contre Dijon. Le numéro 10 est l'auteur d'un quadruplé et de deux passes décisives, une performance qui lui vaut un 10/10 dans le journal L'Equipe. Seuls huit joueurs dans l'histoire du journal ont obtenu cette note. Premier accroc cependant, qui deviendra le "penaltygate", quand la nouvelle étoile du club se chamaille avec Edinson Cavani, l'avant-centre uruguayen adulé par les supporters parisiens, pour une histoire de penalty à tirer lors de cette victoire fleuve.

Puis, quelques semaines plus tard, la star brésilienne commence à faire grincer quelques dents. Il ne participe pas au huitième de finale retour de la Ligue des champions contre le Real Madrid – futur vainqueur de la compétition – à cause d'une blessure à la cheville. Des soupçons naissent sur la gravité de cette dernière et la volonté du prodige brésilien de se préserver en vue de la Coupe du monde en Russie.

Début 2019 : blessures, gifle et suspensions 

La deuxième saison (2018-2019) du Brésilien au PSG est moins idyllique. Après un début en fanfare, avec sept buts marqués en autant de matchs, et un triplé contre l'Etoile rouge de Belgrade qui offre à Paris une victoire pour son retour en Ligue des champions, "Ney" se blesse en janvier 2019 lors d'un match de Coupe de France contre Strasbourg. Résultat, il déclare forfait (encore) pour le huitième de finale de Ligue des champions, face à Manchester United. Le PSG est éliminé pour la troisième fois consécutive à ce stade de la compétition.

Fou de rage, le joueur s'emporte sur les réseaux sociaux. "C'est une honte ! On met quatre mecs qui ne comprennent rien au foot pour regarder un tir au ralenti devant la télé. Il n'y a rien. Comment le mec peut mettre ses mains ailleurs ? Allez vous faire foutre", lâche-t-il sur Instagram, avant de supprimer son post. Il est suspendu pour trois matchs à la suite de ces insultes envers l'arbitrage. 

Quelques mois plus tard, en avril, Neymar gifle un supporter rennais lors de la finale de la Coupe de France. Le fan breton l'avait sommé "d'apprendre à jouer au foot" alors que les joueurs montaient les marches du stade pour recevoir leurs médailles de finalistes. Le supporter a porté plainte contre le joueur pour violences. 

Printemps 2019 : des envies de départ 

Après une saison difficile, Neymar affiche sa volonté de quitter le club parisien pour retourner en Liga, au Barça. La presse espagnole publie des propos que le Brésilien aurait tenu à Nasser Al-Khelaïfi, PDG du Paris Saint-Germain : "Je ne veux plus jouer au PSG. Je veux rentrer chez moi, là d'où je n'aurais jamais dû partir." Le Mundo Deportivo en fait sa une le 19 juin. 

Dès lors, les jours de "Ney" à Paris semblent comptés. Arbitres hostiles à son égard, blessures à répétition, vestiaire peu amical... La relation avec le club se dégrade. En juillet, signe du divorce imminent, la superstar va jusqu'à faire remonter de douloureux souvenirs chez les supporters parisiens. Interrogé par un média brésilien sur ses "meilleurs souvenirs" footballistiques, il évoque la fameuse remontada infligée au PSG lorsqu'il portait les couleurs du Barça, en 2017. "Ce que nous avons ressenti lorsque nous avons marqué le sixième but, c'était incroyable", insiste Neymar.

A l'époque élément incontournable du club barcelonais, Neymar est le principal acteur de cette déculottée, avec un doublé et une passe décisive qui permettent au club barcelonais de l'emporter 6-1 après un match aller gagné 4-0 par les Parisiens. Une rencontre qualifiée de pire humiliation de l'histoire par de nombreux supporters. L'évocation de ce souvenir ne passe pas côté PSG.

Août 2019 : les supporters demandent le divorce

Après un été marqué par les rumeurs de son éventuel transfert, le Brésilien n'est pas appelé face à Nîmes dimanche 11 août, lors de la première journée de Ligue 1. Il ne prend même pas la peine d'assister au match. Au Parc des Princes, les ultras parisiens l'attendent à coups de chants hostiles et banderoles, dont l'une barrée d'un "Neymar, casse-toi". Une autre, version XL, déployée dès la 16e minute de jeu, fait référence aux affaires judiciaires du Brésilien. En juin dernier, le footballeur a été accusé de viol par une jeune mannequin brésilienne, avant que l'affaire ne soit classée sans suite. Des chants sont entonnés et un tract des ultras "Parias Cohortis" dénonçant un joueur "aussi capricieux qu'outrancier" est distribué dans les tribunes.

Un flot d'insultes qui aurait pu servir la cause du joueur, selon L'Equipe : "On voit difficilement, dans ce contexte, comment Neymar, si son transfert échoue, pourrait reporter un jour le maillot du PSG." Lors de la conférence d'après-match, Kylian Mbappé s'est exprimé sur le cas Neymar. Sans lui, "ce n'est pas la même équipe", estime l'attaquant parisien.

Si un transfert au FC Barcelone semblait l'issue la plus probable, des obstacles financiers persistaient : le club catalan a déboursé début août 120 millions d'euros pour Antoine Griezmann, et peut difficilement s'aligner sur le prix de la star. Surtout, d'après Leonardo, directeur sportif parisien, le Barça a tardé à se prononcer : "la première fois qu’on a eu une proposition officielle écrite de Barcelone, c’était le 27 août. À seulement cinq jours de la fin du mercato. On était ouvert au fait de parler de leurs joueurs pour faire l’opération et après on n’a jamais eu un accord écrit après", a-t-il déclaré vendredi 31 août, à l'issue de Metz-PSG. Le Real Madrid, un temps annoncé comme potentiellement interessé, n'aurait pas fait d'offre au PSG.

Lassé des tergiversations sur son transfert, Neymar aurait, selon les informations de franceinfo, finalement décidé de rester à Paris jusqu'à la fin de la saison. Le Brésilien, vanté comme un "joueur extraordinaire" et un "bon garçon" par Leonardo, devrait être de retour sur les bancs parisiens, même si sa relation avec le vestiaire et le public n'est pas "la plus tranquille". 

Vous êtes à nouveau en ligne