Ligue des champions : Dortmund ne laisse pas le temps à Paris de profiter de son égalisation

Le Parisien Neymar bute face à Can, mardi 18 février 2020 lors du match entre le PSG et Dortmund.
Le Parisien Neymar bute face à Can, mardi 18 février 2020 lors du match entre le PSG et Dortmund. (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

Déplacement périlleux pour le club parisien qui se rend à Dortmund, une des meilleures attaques d'Europe. Objectif : briser la malédiction des 8es de finale, sur lequel le club de la capitale bute depuis trois ans.

Ils attendent ça depuis 2016. Le PSG rêve d'une place en quarts de finale de la Ligue des champions qui se refuse au club parisien depuis trois saisons. Le tirage au sort lui a offert un adversaire à sa portée, le Borussia Dortmund, les mardi 18 février et 5 mars. Mais l'an dernier, un Manchester United faiblard avait eu raison des espoirs des coéquipiers de Kylian Mbappé. Alors cette année, c'est la bonne ?

Neymar enfin au rendez-vous. C'est le facteur X qui peut faire basculer la rencontre. Le Brésilien, gêné par des blessures aux printemps 2018 et 2019, quand le niveau européen s'élève, est cette fois pleinement opérationnel. Avec Neymar, Kylian Mbappé et Angel Di Maria, le PSG affiche une force de frappe sans équivalent en Europe. L'entraîneur de Liverpool, Jürgen Klopp, en a fait son favori pour la victoire finale.

Un duel d'équipes déséquilibrées. Défendre n'est pas le point fort du Borussia Dortmund, et depuis le début de l'année 2020, la défense du PSG jusque-là imperméable a donné d'inquiétants signes de faiblesses, surtout depuis l'adoption d'un système ultra-offensif à quatre attaquants. On devrait voir des buts des deux côtés sur la pelouse du Signal Iduna Park.

Deux jeunes cracks en attaque. Côté parisien, on ne présente plus Kylian Mbappé, phénomène de précocité, champion de France et du monde avant ses 20 ans. Côté adverse, Erling Haaland, la révélation de la saison, a mis le feu aux pelouses européennes, d'abord sous les couleurs de Salzburg, puis celles de Dortmund, qu'il a rallié en janvier. Le géant norvégien en est à 9 buts en cinq matchs (dont trois titularisations seulement) sous le maillot jaune et noir.

Vous êtes à nouveau en ligne