Guide à l'attention du PSG pour recruter son entraîneur

Carlo Ancelotti et Leonardo, le 11 janvier 2013 à Paris. L\'ancien et le futur entraîneur du PSG ? 
Carlo Ancelotti et Leonardo, le 11 janvier 2013 à Paris. L'ancien et le futur entraîneur du PSG ?  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

A quelques jours de la reprise de l'entraînement, le champion en titre n'a toujours pas trouvé de coach. L'occasion pour francetv info de lister quelques conseils pour aider le club dans cette tâche.

Beaucoup de grands noms et autant de refus. La zone technique du PSG est désespérément vide. Alors que Carlo Ancelotti veut rejoindre le Real Madrid, le club éprouve les plus grandes difficultés à trouver un coach pour la saison prochaine. Les tractations avec Fabio Capello seraient en effet dans l'impasse, Frank Rijkaard a refusé, et à défaut d'une star expérimentée, Laurent Blanc serait désormais sur les tablettes. Pourtant, à quelques jours du retour sur les terrains d'entraînement, le temps presse. L'occasion pour francetv info de suggérer quelques idées pour aider le club à se trouver un entraîneur.

Proposer un contrat plus long

C'est la base. Avant d'être des amoureux du football, les entraîneurs sont des salariés comme les autres, attentifs à la durée de leur contrat et bien évidemment du montant de leur rémunération.

C'est ce qui bloque en ce moment au PSG. Selon La Gazzetta dello Sportle PSG n'aurait proposé au technicien italien, actuellement sélectionneur de la Russie, qu'un contrat d'un an, avec une année supplémentaire en option. Une proposition insuffisante pour un entraîneur de son calibre. Selon le quotidien, "en un an, Fabio Capello n'aurait pas eu le temps de commencer un vrai projet sportif à Paris". Un point de vue partagé sur Twitter.

Fabio Capello n'est pas le seul. Intéressé par le projet parisien, Rafael Benitez n'a pas caché que la durée du contrat, ressemblant davantage à de l'intérim, comme l'explique L'Equipe, l'avait refroidi. Il s'est finalement engagé avec Naples pour deux ans.

Un homme pourrait expliquer cette frilosité du PSG : Arsène Wenger. L'entraîneur d'Arsenal est la cible privilégiée des propriétaires qatariens, mais son contrat avec le club londonien court jusqu'en 2014.

Virer Leonardo…

Entraîner le PSG, c'est la perspective d'un chèque en blanc pour recruter et diriger des joueurs de classe mondiale (Thiago Silva, Ibrahimovic, Pastore). Pourtant, les prétendants à la succession d'Ancelotti ne se bousculent pas. La raison ? Au PSG, ce n'est pas l'entraîneur qui décide du recrutement, mais Leonardo, le directeur sportif. S'affranchir de ce dernier et confier tous les pouvoirs à un grand manager général serait-il la solution ? C'est ce qui se fait le plus souvent en Angleterre. On peut notamment citer l'incontournable Sir Alex Ferguson à Manchester (désormais à la retraite) ou encore Arsène Wenger à Arsenal. Des entraîneurs tout-puissants qui n'ont de comptes à rendre qu'aux actionnaires.

Ancelotti rêvait de jouer ce rôle. Selon RMC, c'est un désaccord autour de ses prérogatives en matière de transferts de joueurs qui a déclenché son départ. "Alors que le président [Nasser Al-Khelaïfi] avait assuré à Ancelotti qu’il était prêt à faire des efforts, [le directeur sportif] Leonardo a refusé de lâcher du lest sur le mercato", affirme la radio.

L'entraîneur italien se serait alors braqué : "Dans ces conditions, je ne peux pas continuer", aurait-il lancé, devant un Nasser Al-Khelaïfi pris entre deux feux. Selon RMC, Cheick Tamim, l'actionnaire majoritaire du PSG, aurait alors décidé de "privilégier sa confiance en Leonardo et de sacrifier Carlo".

… ou lui faire enfiler le survêtement

Si les actionnaires ont fait le choix de Leonardo, pourquoi ce dernier ne pourrait-il pas prendre le relais du technicien italien en attendant une arrivée en 2014 d'Arsène Wenger ? Possible, sauf que le Brésilien est suspendu neuf mois pour avoir bousculé un arbitre. Difficile de commencer la saison 2013-2014 sans entraîneur sur le banc… Sauf si Claude Makelele, adjoint d'Ancelotti et prolongé jusqu'en 2015, assure l'intérim, comme l'imagine Le Figaro.

Un conseil pour la prochaine fois : anticiper

Comment un club, champion de France, quart de finaliste de la Ligue des champions et dont la situation financière fait rêver bon nombre de clubs en Europe, peut-il en arriver là ? Le 19 mai, Carlo Ancelotti faisait part de son souhait de quitter le PSG. Un mois plus tard, Nasser Al-Khelaïfi et Leonardo en sont toujours au même point. D'autant que le technicien n'a jamais caché son envie de rejoindre le Real Madrid.

En attendant, le PSG ne recrute pas, et ses stars s'inquiètent. "C'est la grosse m…", lâche un joueur sous couvert d'anonymat dans L'Equipe. Une situation qui ne reflète pas l'image de grand club que veut donner le PSG depuis l'arrivée de ses actionnaires.

Vous êtes à nouveau en ligne