Football : l'écart se creuse entre les petits et les gros salaires des joueurs de Ligue 1

Thiago Silva, plus salaire de la Ligue 1
Thiago Silva, plus salaire de la Ligue 1 (FRANCK FIFE / AFP)

France Bleu et L'Équipe publient vendredi une enquête sur les écarts de salaires entre joueurs de Ligue 1. Ceux pratiqués par le PSG entraînent une hausse des salaires au profit des joueurs d'autres clubs, obligés de suivre le mouvement.

Les écarts se creusent entre les petits et les gros salaires des joueurs de football français, a constaté France Bleu qui publie une enquête conjointe avec le journal L'Équipe, vendredi 16 décembre. On y apprend que le défenseur du PSG Thiago Silva est le joueur le mieux payé de Ligue 1, avec un salaire brut mensuel d'un million d'euros. Le club parisien compte dans ses rangs dix des vingt joueurs les mieux payés de la saison.

Les salaires pratiqués au PSG tirent vers le haut l'ensemble de ceux proposés dans les clubs du championnat. Radamel Falcao à Monaco, Mario Balotelli à Nice et Bafétimbi Gomis à Marseille en bénéficient notamment.

De grandes différences de salaires dans une même équipe

"Trois ou quatre clubs ont des moyens que d'autres n'ont pas, explique à franceinfo Jérôme Cazadieu, le directeur de la rédaction de L'Équipe. Ces clubs investissent en général sur un trio de joueurs, qui touchent des salaires correspondant à ceux que le PSG pourrait leur offrir." 

"Il y a parfois de grosses au sein du vestiaire" selon Jérôme Cazadieu, directeur de la rédaction de l'Equipe
--'--
--'--

"Mais dans ces clubs, les disparités au sein du vestiaire sont extrêmement importantes, poursuit-il. Pour quelques joueurs qui perçoivent un salaire brut supérieur à 200 000 euros mensuels, vous avez le reste du vestiaire qui tourne autour de 50 à 70 000 euros brut mensuels."

"Pas de corrélation entre les résultats et le budget"

Les clubs qui ont le moins de moyens sont ceux promus en Ligue 1 cette saison : Metz, Nancy et Dijon. Les joueurs affichent des salaires inférieurs ou égaux à 25 000 euros mensuels, jusqu'à vingt fois inférieurs à ceux du PSG.

"Il n'y a pas toujours de corrélation entre les résultats sportifs et le budget, notamment pour les clubs qui sont en milieu de tableau et en fin de tableau. Ce n'est pas nécessairement le club qui a le moins d'argent, qui est destiné à faire l'aller-retour entre la Ligue 1 et la Ligue 2", constate le Jérôme Cazadieu. Caen, Nantes et Lorient offrent ainsi des salaires supérieurs, mais les trois clubs se trouvent actuellement dans la zone de relégation.

Vous êtes à nouveau en ligne