Coupe de France : le PSG écrase Monaco (5-0) et rejoint Angers en finale

L\'Argentin Angel Di Maria, du PSG, célèbre un but face l\'AS Monaco, lors de la demi-finale de la Coupe de France, au parc des Princes, le 26 avril 2017.
L'Argentin Angel Di Maria, du PSG, célèbre un but face l'AS Monaco, lors de la demi-finale de la Coupe de France, au parc des Princes, le 26 avril 2017. (FRANCK FIFE / AFP)

Les Parisiens n'ont pas souffert face aux réservistes monégasques.

A aucun moment ils n'ont tremblé. Les Parisiens ont écrasé les Monégasques (5-0), en demi-finale de la Coupe de France, mercredi 26 avril, sur la pelouse du Parc des Princes. Il faut dire que le PSG a aligné son onze habituel alors que l'AS Monaco a sorti son équipe bis. Que retenir de cette rencontre, forcément tronquée ?

Le pari de Jardim pas payant (à court terme)

Le coach monégasque avait décidé d'aligner son équipe B, avec sept minots au coup d'envoi, dont quatre qui disputaient leur premier match en pro. Les personnes parlent toujours de trophées, trophées, trophées, mais le projet de Monaco, ce n'est pas seulement ça. Notre projet, c'est de donner du temps de jeu à cette jeunesse et de la laisser progresser", défendait le coach portugais

Le miracle n'a pas eu lieu, même s'ils ont pu y croire une vingtaine de minutes avant de craquer. N'empêche, rien ne dit que le pari de Jardim ne sera pas payant à plus long terme. Ses titulaires sont reposés, le moral intact malgré la déroute, car ils n'étaient pas sur le terrain. " Si on ne tourne pas, on arrivera au mois de mai totalement morts", a encore insisté Jardim après la rencontre. Soutenu par le vice-président du club Vadim Vasilyev :  "C'était mission impossible pour nous. J'assume le choix d'avoir envoyé une équipe bis." 

Et bien sûr, si Monaco termine champion et tient tête à la Juventus en demi-finale de la Ligue des champions, on oubliera vite cette péripétie. 

Le PSG peut toujours sauver sa saison

Depuis janvier, le PSG n'a perdu qu'un seul match, mais quel match, la déroute à Barcelone (1-6 début mars). Il vient d'écraser deux fois Monaco (4-1 et 5-0), a déjà gagné la Coupe de la Ligue, se trouve en finale de la Coupe de France, et se maintient en embuscade en championnat. Si Unai Emery remporte toutes les compétitions nationales, il sera en position de force pour continuer son séjour sur le banc parisien. 

Edinson Cavani, la machine à buts

Si le PSG remporte plusieurs trophées cette saison, il le devra en grande partie à son avant-centre uruguayen, auteur de 45 buts en 45 matchs. Face aux Monégasques, il a signé un but d'une magnifique reprise à la Madjer.  Seul le quintuple Ballon d'Or Lionel Messi fait mieux en Europe, fort de ses 49 buts en 47 matches. Cavani pourrait même effacer la marque de Zlatan Ibrahimovic, qui avait totalisé 50 buts en 51 matchs s'il termine la saison sur cette lancée. Ce serait une jolie manière de fêter sa prolongation de contrat, conclue quelques heures avant la demi-finale face à la réserve monégasque.