"Ça restera gravé dans la mémoire des supporters !" : l'explosion de joie à Paris après la victoire à l'arraché du PSG face à l'Atalanta Bergame

Le but d\'Eric Maxim Choupo-Moting à la 93e minute a qualifié sur le fil le PSG pour le dernier carré de la Ligue des Champions. 
Le but d'Eric Maxim Choupo-Moting à la 93e minute a qualifié sur le fil le PSG pour le dernier carré de la Ligue des Champions.  (DAVID RAMOS / POOL / GETTY POOL)

Il aura fallu attendre les arrêts de jeu pour voir les supporters parisiens exulter. Mené 1-0 par l'Atalanta Bergame en quart de finale de Ligue des Champions jusqu'à la 90e minute, le PSG s'impose sur le fil 2-1 grâce à Marquinhos et Choupo-Moting.

On parle déjà d'un match historique pour le PSG. D'abord puisqu'après sa victoire 2-1 face aux Italiens de l'Atalanta Bergame, le club de la capitale se qualifie pour la deuxième fois seulement de son histoire pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Ensuite, parce que le résultat final s'est dessiné au terme d'un scénario fou. Les Parisiens, menés 1-0 à la 90e minute, ont réussi à retourner la situation dans les tous derniers instants, grâce à l'égalisation de Marquinhos, puis, à la 93e minute, avec le but de la délivrance signé Choupo-Moting. 

Le soulagement à la fin de la rencontre

Dans un bar du 11e arrondissement à Paris, où s'étaient donnés rendez-vous des supporters, ce résultat a clairement eu le goût d'une finale gagnée avant l'heure. Au coup de sifflet final, entre les cris, les sauts, les fumigènes allumés, l'explosion de joie a été à la hauteur du soulagement vécu. "C’était un truc de fou", résume Ayoub, 21 ans, venu de Seine-et-Marne. "On savoure encore plus après une qualification comme ça qu’après avoir gagné 4, 5 ou 6-0. Parce que du début à la fin, ce n’était que de la tension", se félicite ce supporter, en attendant la suite.

C’est ma première demi-finale en tant que supporter et là j’avoue que… c'est un truc de fou, un truc de fou.Ayoub, supporter parisienà franceinfo

Pour certains, comme pour Romain, la joie ressentie est même comparable à celle vécue le 15 juillet 2018. "Très honnêtement la dernière fois que j’ai vibré autant devant du football c’était en juillet 2018 avec la victoire en finale de la Coupe du monde. En plus dans les circonstances actuelles, on avait besoin de ça et ça fait vraiment plaisir", explique-t-il. 

Pour d'autres, il n'y a même pas de point de comparaison. Merlin, 9 ans, dit par exemple n'avoir "jamais" eu autant d'émotions. "Il y a la remontada à la fin ! Choupo-Moting il a marqué le deuxième but et Marquinhos il a marqué le premier but. C’était incroyable, j’ai même pleuré moi parce que j’étais content", poursuit le petit garçon, ajoutant qu'il se souviendra "toute sa vie" de cette soirée. 

Une performance pas franchement rassurante

Mais tous les supporters présents ne veulent pourtant pas se laisser emporter par l'émotion. "Ce n’est qu’une demi-finale qu’on va jouer, rien n’est fait pour l’instant. On a quand même eu chaud, on a évité le pire", analyse de manière plus froide Eric, pour qui cette qualification n'est qu'une victoire d'étape. Pour d'autres, comme Vincent, ce résultat n'est pas rassurant pour la suite de la compétition.

C’est vraiment passé ric-rac et j’ai vraiment peur pour la demi-finale.Vincent, supporter parisienà franceinfo

"Là on s’est procuré beaucoup d’occasions grâce à la défense bancale de l’Atalanta mais on a beaucoup subi aussi, estime Vincent. Heureusement qu’on avait Keylor Navas, malheureusement il s’est blessé. Notre meilleur gardien se blesse, on gagne ric-rac, c’est la meilleure des victoires, mais voilà notre but c’est d’aller au bout, il faut être sérieux."

"Des matchs qui servent à se dépasser"

Romain juge de son côté que c'est justement ce type de match qui peut changer un club"C’est quelque chose d’unique et je pense que ça restera gravé dans la mémoire des supporters et dans la mémoire des joueurs. Je pense que ça va leur donner la force d’aller un peu plus loin. Ce sont des matchs comme ça qui servent à sé dépasser, à aller plus loin et lorsque l'on est mené, se dire qu'on peut retourner la tendance, on peut croire en soi, on peut se dépasser et on peut mettre ce but qui fait la différence", explique-t-il.

Des supporters lucides mais convaincus d'avoir assisté à une page importante de l'histoire du PSG en Ligue des Champions. En attendant la demi-finale mardi 18 août, face au vainqueur du match entre le RB Leipzig et l'Atlético Madrid qui se joue jeudi 13 août. 

Vous êtes à nouveau en ligne