Mise en examen d'Eric Cantona : ses accusations de racisme envers Didier Deschamps étaient "inadmissibles" et "dangereuses" selon son avocat

Eric Cantona, le 19 octobre 2015.
Eric Cantona, le 19 octobre 2015. (MAXPPP)

L'avocat du sélectionneur de l'équipe de France de football, Carlo Alberto Brusa, revient sur la mise en examen pour diffamation d'Eric Cantona.

Les propos tenus par l'ancien footballeur Éric Cantona au sujet de Didier Deschamps ont "porté atteinte à sa vie personnelle", a réagi au micro de franceinfo Me Carlo Alberto Brusa, l'avocat du sélectionneur de l'équipe de France de football. L'ancien attaquant de l'équipe de France de football et star de Manchester United, Éric Cantona, a été mis en examen vendredi 24 novembre pour diffamation à l'encontre de l'actuel sélectionneur des Bleus.

"M. Deschamps a été extrêmement blessé"

"Nous avons pu retenir la qualification de diffamation parce que les propos font état d'une discrimination raciale. Dire que quelqu'un agit en discriminant sur le plan de la race n'est pas simplement une accusation grave sur le plan moral, c'est imputer une faute pénale", a expliqué Me Carlo Alberto Brusa.

En mai 2016, peu avant le championnat d'Europe de football en France pour lequel ni l'attaquant Karim Benzema, ni le milieu de terrain Hatem Ben Arfa n'avaient été retenus par Didier Deschamps, Eric Cantona avait ouvertement soupçonné le sélectionneur de racisme, dans un entretien au journal britannique The Guardian. Didier Deschamps avait porté plainte quelques jours plus tard.

"M. Deschamps a été extrêmement blessé, parce que s'il y a une personne qui est loin d'avoir une quelconque pointe de racisme dans sa vision, c'est lui", a ajouté l'avocat du sélectionneur des Bleus.

"Cela a été quelque chose qui est allé au-delà du débat, qui a porté atteinte à sa vie personnelle", a estimé l'avocat, qui explique avoir voulu délivrer "un message fort" en portant plainte contre Éric Cantona, et lui dire :"C'est inadmissible, vous ne pouvez pas agir de la sorte, parce que ce que vous faites, c'est quelque chose de dangereux", a estimé Me Carlo Alberto Brusa.

Me Carlo Alberto Brusa : "Ca a été quelque chose qui est allé au-delà du débat ; qui a porté atteinte à sa vie personnelle"
--'--
--'--