Meurthe-et-Moselle : l'ex-footballeur Tony Vairelles est renvoyé en correctionnelle pour violences aggravées

Tony Vairelles lors de sa demande de remise en liberté devant la cour d\'appel de Nancy, en décembre 2011.
Tony Vairelles lors de sa demande de remise en liberté devant la cour d'appel de Nancy, en décembre 2011. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

L'ancien attaquant de l'équipe de France de football Tony Vairelles sera jugé avec ses frères par le tribunal correctionnel de Nancy pour une fusillade en 2011. Ils échappent ainsi à la cour d'assises, les faits ayant été requalifiés de "tentative d'assassinat" en "violences aggravés".

L'ancien footballeur Tony Vairelles et ses frères sont renvoyés devant le tribunal correctionnel de Nancy pour violences aggravées, rapporte France Bleu Sud Lorraine. Les faits reprochés à la fratrie sont requalifiés en violences aggravées, et non plus tentative d'assassinat, ce qui aurait impliqué un jugement aux assises. Le juge d'instruction chargé du dossier a pris cette décision mercredi 29 janvier.

Tony Vairelles est accusé d'être impliqué dans une fusillade en 2011, devant une discothèque d'Essey-lès-Nancy. Dans la nuit du 22 au 23 octobre 2011, les deux frères Giovan et Jimmy Vairelles sont expulsés de la discothèque "Le 4 As". Selon des témoins, le duo revient avec une batte de base-ball pour en découdre avec les videurs. Ils sont ensuite rejoints par trois autres personnes, dont les deux grands frères Fabrice et Tony. Des armes sont sorties, trois videurs sont blessés par balles.

Il encourait la prison à perpétuité

Tony Vairelles est désigné comme l'un des tireurs, mais nie ces accusations. Deux jours plus tard, les quatre frères sont mis en examen pour tentative d'assassinat et placés en détention provisoire pour plusieurs mois. L'ex-international français est libéré au mois de mars 2012. En janvier 2018, son contrôle judiciaire est levé.

En juin 2019, le parquet demande de requalifier les faits de tentatives d'assassinat en violences aggravées. Sept mois plus tard, la proposition est donc acceptée.Tony Vairelles, 46 ans, et ses frères, ne risqueront plus la perpétuité devant les assises, mais seront jugés par le tribunal correctionnel de Nancy. Plusieurs videurs seront également jugés pour des violences. Le procès est attendu dans les mois à venir.

Vous êtes à nouveau en ligne