Matchs truqués en L2 : six personnes mises en examen pour corruption

(Le match Caen-Nîmes du 13 mai 2014 fait parties des matchs soupçonnés d'arrangement © Maxppp)

L’homme d’affaires Michel Moulin, le président du SM Caen Jean-François Fortin ainsi que quatre autres personnes ont été mis en examen ce jeudi dans l’affaire de corruption qui secoue le foot français.

Le président du Stade Malherbe de Caen Jean-François Fortin et l'homme d'affaires Michel Moulin ainsi que quatre autres hommes ont été mis en examen jeudi  pour corruption active dans l'affaire de matchs présumés truqués qui secoue le foot français. Parmi ces quatre hommes : Serge Kasparian, principal actionnaire des "crocodiles nîmois", Jean-Marc Conrad l’actuel président du club, un salarié du SM Caen et un intermédiaire. Cette mise en examen est accompagnée d'une interdiction d'exercer pour Jean-Marc Conrad et Jean-François Fortin. Les six ont été placés sous contrôle judiciaire dans le cadre de ce dossier, et il leur est interdit d'entrer en contact les uns avec les autres.

Des matchs arrangés

Dans cette affaire, où les dirigeants du Nîmes Olympique sont soupçonnés d’avoir tenté d’arranger plusieurs matchs de Ligue 2, les enquêteurs s'interrogent sur le rôle de Michel Moulin en coulisses du match Dijon-Nîmes du 24 avril (5-1). Proche de Jean-Marc Conrad mais aussi de l'entraîneur de Dijon Olivier Dall'Oglio, l'homme d'affaires aurait joué l'intermédiaire entre les deux hommes. Une thèse que réfute son avocat Me Patrick Maisonneuve : "Ce n'est pas le cas, mon client n'a pas pris la moindre somme d'argent et ce match n'a pas été truqué puisque Dijon a battu Nîmes 5-1" .

L'avocat de Michel Moulin, Maître Patrick Maisonneuve: "Il n'a jamais été question de lever le pied"
--'--
--'--

Conseiller sportif du PSG d’avril à mai 2008, puis manager sportif du club du Mans (placé l’an dernier en liquidation judiciaire) en 2010, Michel Moulin a aussi fondé puis revendu le journal gratuit ParuVendu et participé à la création de l’éphémère journal Le 10 Sport , lancé en 2008.

Pour ce qui est de Jean-François Fortin, sa mise en examen intervient dans le cadre des soupçons qui pèsent sur un autre match : le Caen-Nîmes du 13 Mai (1-1) qui avait assuré la promotion de Caen en L1 et le maintien de Nîmes en L2. Lors des dix dernières minutes du match les deux équipes avaient fait tourner le ballon et donné l'impression de se satisfaire du résultat. "Mon client démontrera dans ce dossier sa totale innocence des faits qui lui sont reprochés" , a déclaré l'avocat de Jean-François Fortin, Me Géry.

Des écoutes embarassantes

Les enquêteurs disposent dans cette affaire d'écoutes concernant le président du Nîmes Olympique Jean-Marc Conrad. Lors de sa garde à vue, Serge Kasparian, principal actionnaire du club a reconnu avoir tenté d’influer sur le résultat de plusieurs matches.  L'enquête, ouverte en avril porte sur des faits de "corruption active et passive".

Jeudi soir, la LFP, la Ligue de football professionnel a décidé de se saisir du dossier et d'ouvrir une enquête sur cette affaire de matchs présumés truqués. La commission de discipline "désignera ultérieurement un instructeur en charge de mener ce dossier", a précisé la LFP.

Vous êtes à nouveau en ligne