PSG-Basaksehir : les joueurs ont fait front commun contre le racisme

Après des propos présumés racistes tenus par le quatrième arbitre, les joueurs du PSG et du club turc de Basaksehir ont décidé de quitter le terrain, mardi 8 décembre. Le match a repris le lendemain soir.

Un genou à terre et le poing levé. Mercredi 9 décembre, les joueurs et les arbitres du match de Ligue des champions entre le Paris-Saint-Germain et le club turc d'Istanbul Basaksehir ont dit non au racisme. La veille, la rencontre avait été interrompue à la 13e minute de jeu lorsque le quatrième arbitre de la rencontre avait désigné un entraîneur adjoint de la formation stambouliote, Pierre Achille Webo, de cette manière à l'arbitre central : "Le Noir là-bas, va voir qui c'est. Il ne peut pas se comporter comme ça, le Noir."

Une grande première

Après plusieurs minutes de confusion, le match a été interrompu sur décision des joueurs des deux équipes, qui ont refusé de poursuivre la partie. Le quatrième arbitre, roumain, a tenté de s'expliquer en affirmant que dans sa langue, "negru" ne voulait pas dire "nègre" mais "noir". "Quand tu parles d'un homme blanc, tu ne diras jamais : 'Ce Blanc'. Tu diras : 'Cet homme'. Alors pourquoi tu dis ça ?", lui a répondu Demba Ba, attaquant d'Istanbul. Après cette première historique dans l'histoire de la compétition européenne, l'UEFA, l'instance dirigeante du football continental, a ouvert une enquête disciplinaire. Sur le terrain, le PSG s'est largement imposé (5-1).

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne