DIRECT. Ligue des champions : le PSG se qualifie face à Dortmund sur un but de Neymar et Bernat pour les quarts de finale

L\'attaquant du PSG Kylian Mbappé au sol lors du 8e de finale aller de Ligue des champions face à Dortmund (Allemagne), le 18 février 2020. 
L'attaquant du PSG Kylian Mbappé au sol lors du 8e de finale aller de Ligue des champions face à Dortmund (Allemagne), le 18 février 2020.  (SASCHA SCHURMANN / AFP)

Suivez et commentez le match sur franceinfo.fr 

Il pourrait presque en rire. Après avoir été victime de l'improbable remontada du Barça en 2017, des improbables blessures de Neymar en 2018 et 2019, de son improbable effondrement mental contre le fantôme de la grande équipe de Manchester United en 2019, le PSG affronte de nouveau des circonstances surréalistes avant son huitième de finale retour de Ligue des champions face à Dortmund (aller 2-1 pour les Allemands), au Parc des Princes, mercredi 11 mars. A croire que les dieux du football ne veulent pas que le club de la capitale goûte de nouveau aux joies des quarts de finale, stade de la compétition qu'il n'a plus fréquenté depuis 2016.

Un 12e homme qui va manquer. Conséquence directe de l'interdiction des rassemblements de plus de 1 000 personnes décidée par Olivier Véran, le ministre de la Santé, la rencontre se déroulera à huis clos. Les joueurs lensois l'ont déjà testé lundi face à Orléans : difficile de se mettre dans le ton devant des tribunes désertes, quand on a l'habitude d'être porté par des dizaines de milliers de gosiers qui chantent. 

La (mauvaise) fièvre du mercredi soir. Depuis le match aller, hésitant et brouillon, le PSG avait regagné un semblant de cohérence, porté en attaque par un Kylian Mbappé retrouvé. Manque de chance (encore), le petit prodige du foot français a contracté une vilaine bronchite – on a même craint un temps que ce soit le coronavirus. Si l'attaquant français figure dans le groupe retenu par Thomas Tuchel, on peut craindre qu'il ne soit pas à 100% de ses capacités.

Pression maximale pour Thomas Tuchel. A Paris, l'amour dure deux ans pour les entraîneurs. Après Unaï Emery, qui a grillé son joker contre Barcelone avant d'être grillé face au Real, le technicien allemand, impuissant face au délitement de ses troupes contre Manchester United il y a un an, joue son avenir dans la capitale.  "Pour Tuchel, c'est tout ou rien, écrit le site spécialisé ZDF Sports. Sinon, il sera au plus tard cet été sur le marché des entraîneurs…"

Vous êtes à nouveau en ligne