Ligue des Champions : le PSG s'impose logiquement (3-1) face aux Bulgares de Ludogorets Razgrad

Edinson Cavani célèbre son but, sur la pelouse de Ludogorets Razgrad, le 29 septembre 2016.
Edinson Cavani célèbre son but, sur la pelouse de Ludogorets Razgrad, le 29 septembre 2016. (NIKOLAY DOYCHINOV / AFP)

Après avoir été tenus en échec par Arsenal (1-1) pour leur entrée en lice dans la compétition, les Parisiens sortent la tête de l'eau.

Le Paris-Saint-Germain s'impose 3 buts à 1 face aux Bulgares de Ludogorets Razgrad, mercredi 28 septembre, en deuxième journée de Ligue des champions. Après avoir été tenus en échec par Arsenal (1-1) pour leur entrée en lice dans la compétition, les Parisiens sortent la tête de l'eau. Ils ont pourtant connu un début de match difficile, en encaissant un but à la quinzième minute. Mais le PSG s'est ressaisi grâce à un but de Blaise Matuidi et un doublé d'Edinson Cavani. Que retenir de cette rencontre ?

Le PSG n'est pas guéri

Convalescent après un mois de septembre marqué par des défaites surprenantes, la dernière en date à Toulouse la semaine passée, le PSG ne s'est pas totalement rassuré en Bulgarie. La faute à une première demi-heure calamiteuse, où les Bulgares ont profité de la mauvaise coordination du mur parisien pour ouvrir le score sur coup franc. En seconde période, le PSG s'est remis en difficulté tout seul. Juste après être passé devant au tableau d'affichage, la défense parisienne a concédé bêtement un penalty après une grossière erreur de Serge Aurier et un tacle de la tête de Thiago Motta. Ludogorets a failli revenir à 2-2 à 30 minutes du terme, mais le défenseur Cosmin Moti a vraiment mal tiré son penalty. 

Edinson Cavani, déjà 9 buts

L'attaquant uruguayen, décrié pour son manque d'efficacité, a marqué un doublé. Des buts à la Cavani - un coup de tête sur coup franc, une reprise de volée de près - qui rappellent aux supporters du PSG que leur avant-centre totalise déjà neuf buts en huit titularisations. L'attaquant, exilé sur un côté pendant trois ans à cause de l'encombrant Zlatan Ibrahimovic, retrouve ses repères dans l'axe. Reste à savoir si l'attaquant uruguayen sera aussi décisif lors des matchs à élimination directe, reproche récurrent fait à son prédécesseur suédois.