Lyon trébuche face à La Gantoise (1-1) pour son premier match en Ligue des Champions

L\'attaquant lyonnais Alexandre Lacazette taclé par un défenseur de La Gantoise, lors d\'un match de Ligue des Champions, le 16 septembre 2015 à Gand (Belgique).
L'attaquant lyonnais Alexandre Lacazette taclé par un défenseur de La Gantoise, lors d'un match de Ligue des Champions, le 16 septembre 2015 à Gand (Belgique). (YORICK JANSENS / AFP)

Les Belges, pourtant réduits à neuf, ont réussi à conserver le match nul, en arrêtant un penalty de Lacazette en toute fin de rencontre.

L'Olympique lyonnais rêvait sans doute de meilleures retrouvailles avec la Ligue des Champions. L'OL n'est pas parvenu à l'emporter (1-1), mercredi 16 septembre, sur le terrain des Belges de La Gantoise, pourtant réduits à 9 après deux expulsions. En toute fin de match, le gardien belge a même repoussé un penalty d'Alexandre Lacazette. Que retenir de cette rencontre ? 

Lyon pas encore au niveau

Sur le papier, les Lyonnais sont deux crans au-dessus des joueurs de Gand. Et pourtant, sur le terrain, la différence n'a pas sauté aux yeux. Entame tambour battant des Belges, qui asphyxient les Lyonnais pendant 30 minutes. Même réduits à 10 à la 40e, ils trouvent l'énergie pour revenir au score et se créent des situations dangereuses jusqu'au bout. Et ils ont un soupçon de chance sur l'ultime parade du gardien Sels sur le penalty de Lacazette. Lyon n'a pas très bien joué, pas bien géré, et gâché plusieurs situations dangereuses. Comme en Ligue 1, où l'équipe effectue un démarrage diesel. "On ne méritait pas mieux. On s'est bougé ce soir. On se demandait si on était une équipe européenne, et la réponse est 'non' ce soir, reconnaît Christophe Jallet, très lucide, au micro de Canal +. Ce soir, c'était trois points à notre portée."

Lacazette n'est pas encore remis

En l'absence de Nabil Fékir, les espoirs offensifs lyonnais reposent surtout sur Alexandre Lacazette, meilleur buteur de L1 la saison passée. L'attaquant lyonnais, fantômatique en début de saison, a effectué un début de match intéressant, s'est procuré des occasions, mais n'a pas su conclure. Y compris sur le penalty décisif, qu'il tire plein centre, à portée du gardien. Faut-il pour autant lui mettre toute la responsabilité de la contre-performance lyonnaise sur le dos ? Non. D'autres ont failli tout autant, à l'image de la paire du milieu de terrain Ferri-Tolisso.  

Vous êtes à nouveau en ligne