Football féminin : "On est dans une spirale méritée", se félicite Jean-Michel Aulas

Jean-Michel Aulas, à Nantes, le 12 avril 2019.
Jean-Michel Aulas, à Nantes, le 12 avril 2019. (ST?PHANE GUIOCHON / MAXPPP)

Le président de l'Olympique lyonnais réagit sur franceinfo au match qui opposera samedi soir les filles de l'OL au Barça pour leur 4e finale consécutive de la Ligue des champions féminine.

"On est dans une spirale méritée", se félicite Jean-Michel Aulas sur franceinfo alors que samedi 18 mai, les filles de l'Olympique lyonnais disputent leur 4e finale consécutive de la Ligue des champions féminine, face au Barça.

"Tous les grands clubs nous ont suivis"

"On a cru plus que les autres à cette évolution du football féminin", rappelle le président de l'OL. Et comme nous nous y sommes intéressés plus tôt que les autres, qu'on a une certaine crédibilité, tous les grands clubs nous ont suivis et toutes les grandes équipes européennes constituent des armadas pour le football féminin. […]" "Même Madrid, poursuit Jean-Michel Aulas, qui jusqu'à présent n'avait pas fait les efforts, nous interroge. On est dans une spirale méritée, il y a peu d'écart en terme tactique, technique et individuel avec le foot masculin."

La seule différence est encore physique mais sur le plan de l'endurance, du collectif, le football féminin a comblé ses retards. C'est non seulement agréable à regarder mais c'est très performant en terme de foot.Jean-Michel Aulasà franceinfo


Ces arrivées de nouveaux poids lourds dans le paysage du football féminin inquiètent Jean-Michel Aulas autant qu'elles le comblent. "C'est un match fantastique contre l'un des meilleurs clubs d'Europe, garçon et filles. Il y a, d'une manière générale, l'envie fantastique de poursuivre cette merveilleuse aventure [de la LDC] mais je n'arrive pas à me défaire du stress habituel", avoue Jean-Michel Aulas. "C'est vrai, peut-être qu'à une époque il y avait moins de stress dans le foot féminin parce qu'on avait un peu plus d'avance mais aujourd'hui non, il y a vraiment un stress." "On va essayer de résister le plus longtemps possible", sourit le président du club lyonnais. C'est vrai aussi que c'est une fierté de voir qu'on a réussi à convaincre."

Vous êtes à nouveau en ligne