DIRECT. Demi-finale de la Ligue des champions : Monaco sauve l'honneur contre la Juventus (1-2, 1-4 sur l'ensemble des deux matchs)

L\'attaquant de la Juventus Turin Gonzalo Higuain sème le défenseur monégasque Kamil Glik, le 3 mai 2017 au stade Louis-II en demi-finale aller de la Ligue des champions.
L'attaquant de la Juventus Turin Gonzalo Higuain sème le défenseur monégasque Kamil Glik, le 3 mai 2017 au stade Louis-II en demi-finale aller de la Ligue des champions. (MATTEO BOTTANELLI / NURPHOTO / AFP)

Les Monégasques n'ont pas réussi à franchir la muraille turinoise au match aller. Il va falloir tromper au moins deux fois le mythique gardien italien Gianluigi Buffon mardi soir pour se hisser en finale.

Votre mission si vous l'acceptez sera de rattraper un handicap de deux buts contre une équipe italienne qui n'a jamais été éliminée par un club français et qui est invaincue à domicile depuis un an et demi. Voilà le défi proposé aux Monégasques, mardi 9 mai à 20h45, sur le terrain de la Juventus Turin en demi-finale retour de la Ligue des champions

Une défense imperméable. La défense turinoise n'a encaissé que 2 buts en 11 matchs de Ligue des champions, record de l'épreuve. Monaco devra doubler ce total en 90 minutes pour ne pas prendre la porte.

La soif de victoire est italienne. A Monaco, le coach Leonardo Jardim a affirmé qu'il n'échangerait pas son succès à Nancy (3-0) contre un meilleur résultat face aux Italiens à l'aller. La priorité est clairement le championnat côté monégasque, où on attend un titre depuis seize ans. Côté italien, l'ambiance est toute autre. Non seulement parce que le Scudetto est quasiment en poche, mais aussi parce que seule la Ligue des champions - qui lui échappe depuis 1996 - manque au palmarès des Buffon ou des Chiellini.

Une forteresse imprenable. La Juventus restait sur 33 succès de rang à domicile en Série A, jusqu'à un nul contre le Torino ce week-end, concédé par une équipe remaniée. Au niveau européen, le dernier échec turinois à domicile remonte à 2013, quand le Bayern était venu s'imposer 2-0. A l'époque, la Juventus n'était pas encore la machine à gagner qu'elle est devenue aujourd'hui.

Vous êtes à nouveau en ligne