Défaite du PSG : "Les joueurs ont été écrasés par l'enjeu", selon un préparateur mental

Les Parisiens ont été battus 6 buts à 1 au Camp Nou, à Barcelone par les joueurs de Luis Enrique.
Les Parisiens ont été battus 6 buts à 1 au Camp Nou, à Barcelone par les joueurs de Luis Enrique. (JOSEP LAGO / AFP)

Les joueurs du PSG se sont écroulés mercredi lors des 8e de finale de la Ligue des champions face au FC Barcelone. "Tout le monde s'est tiré vers le bas" décrypte Raphaël Homat, préparateur mental de footballeurs professionnels.

Le PSG a vécu mercredi 8 mars une véritable humiliation sur le terrain du FC Barcelone en 8e de finale retour de la Ligue des Champions. Les Parisiens se sont inclinés 6 buts à 1, alors qu'ils s'étaient imposés 4-0 à l'aller.

Tout semblait réuni pour que l'équipe d'Unai Emery se qualifient pour les quarts de finale. Raphaël Homat, préparateur mental de footballeurs professionnels, estime jeudi 9 mars sur franceinfo que les joueurs parisiens ont été "écrasés par l'enjeu".

franceinfo : Comment expliquez-vous ce fiasco ?

Raphaël Homat : Les onze parisiens ont eu du mal à rentrer dans le match. Très rapidement, ils ont semblé être écrasés par l'enjeu de la rencontre et par l'engouement des Barcelonais.

Comment des joueurs de haut niveau qui espèrent un jour gagner la Ligue des champions peuvent-ils être tétanisés ?

Quand on espère beaucoup quelque chose et que l'on est proche de l'atteindre, on se rend compte aussi de ce que l'on pourrait perdre. J'aime souvent rappeler que la performance est aussi liée aux pensées et aux émotions que l'on a. Avec une entame de match très difficile, les joueurs ont semblé marqués physiquement très rapidement.

On a ressenti une équipe fébrile, pas un seul joueur n'a tiré les autres vers le haut. Cette équipe manque-t-elle de leaders ?

Peut-être. Le match a également montré qu'il y a une contagion des émotions. Deux ou trois personnes avec plus d'engagement, y compris au niveau mental, auraient pu tiré les autres joueurs vers le haut. Lors du match, tout le monde s'est plutôt tiré vers le bas.

"Le stress, la pression, ont une influence réelle sur les capacités physiques et la prise de décision." Raphaël Homat, préparateur mental
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne