VIDEO. Arrêt du championnat de football : "Ceci va nous amener vers une catastrophe économique", estime le président de l'Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Le président de l'OL évoque des pertes de "700, 800, 900 millions d'euros au 30 juin".

"On est en Europe le seul grand pays qui a arrêté son championnat. Et tout ceci va nous amener vers une catastrophe économique : 700, 800, 900 millions de pertes au 30 juin pour les clubs de foot" de France, a estimé mercredi 27 mai sur franceinfo Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique lyonnais (OL). Il est l'un des rares à demander la reprise des compétitions de foot professionnel.

La Ligue de football professionnel avait officialisé l'arrêt définitif de la saison 2019-2020 de Ligue 1 et de Ligue 2 le 30 avril dernier, en raison de l'épidémie de coronavirus. Cette décision entraîne notamment, comme conséquences financières, l'arrêt des versements des droits télé puisque les diffuseurs de Ligue 1, Canal+ et beIN Sports, ont cessé la diffusion.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la situation en direct

Si "tout doit être fait pour que la télévision et les supporters soient présents", estime Jean-Michel Aulas, "en période de pandémie, on n'a pas le choix". La dépendance du financement des clubs aux droits de diffusion doit amener à repenser le football, d'après le dirigeant lyonnais. Si Jean-Michel Aulas "ne pense pas" que cela mette en danger la pérennité financière de l'Olympique lyonnais et ses 500 emplois permanents, c'est d'après lui parce que "Lyon est à la pointe".

La France, en prenant cette décision qui est anormale, contribue à fragiliser encore plus les clubs français.

Jean-Michel Aulas

à franceinfo

"Nous avons su prendre un certain nombre de décisions à un moment donné, comme construire notre stade qui est utilisé pour un certain nombre de concerts, d'animations. Les autres clubs, eux, n'ont pas encore cette maturité économique et certains sont effectivement menacés sur le plan français, mais aussi sur le plan européen."

"Plusieurs dizaines de milliers d'emplois" de la filière sont en jeu, selon Jean-Michel Aulas, qui explique que "les jours de match, ce sont 1 500 personnes qui encadrent la sécurité, l'ensemble des partenaires qui sont dans le stade, la restauration. C'est une filière économique au niveau du football français qui est très importante". Sans public, ce sont "plusieurs dizaines de milliers d'emplois qui sont effectivement menacés".

"Beaucoup de clubs seront en difficulté"

Quant au marché des transferts qui représente environ un quart du budget des clubs de Ligue 1 en France, "il sera en mode pause" cet été, complète Jean-Michel Aulas. "Pour une raison évidente, c'est que nous, nous aurons sur la France probablement arrêté le championnat. Les joueurs ne seront donc plus visibles. Les clubs qui pourront éventuellement investir, eux, seront à l'étranger et leur championnat a été décalé. Ils termineront donc plus tard."

Il y aura au 30 juin un vrai problème dans les comptes des clubs français, probablement un manque à gagner de plusieurs centaines de millions d'euros.

Jean-Michel Aulas

à franceinfo

"Et à cela, il faudra rajouter, sur un plan comptable, les provisions à prendre sur les transferts qui avaient été initialisés et effectués il y a quelques années, poursuit le président du club lyonnais. Leurs règlements risquent de ne pas intervenir parce qu'il y aura beaucoup de clubs qui seront en difficulté. C'est un manque à gagner considérable et qui va effectivement déséquilibrer le football français. C'est l'un des reproches les plus véhéments que l'on peut porter par rapport à cet arrêt du championnat."

Vous êtes à nouveau en ligne