"Un système qui profite aux riches" : des présidents de Ligue 1 s'opposent à la réforme de la Ligue des champions

Bernard Caïazzo avant un match de Saint-Etienne face au PSG, le 25 août 2017. 
Bernard Caïazzo avant un match de Saint-Etienne face au PSG, le 25 août 2017.  (FRANCK FIFE / AFP)

Bernard Caïazzo, co-dirigeant de l'AS Saint-Etienne et président du syndicat des clubs de Ligue 1, a expliqué à franceinfo pourquoi il est contre la future version de la compétition. 

Le projet de réforme de la Ligue des champions fait grincer des dents. La compétition pourrait changer à partir de 2024. L'idée, appuyée notamment par les plus grands clubs européens, serait de disputer la phase de poules sous la forme de quatre groupes de huit équipes au lieu des huit groupes de quatre équipes aujourd'hui. Objectif : faire plus de matchs et donc générer plus de recettes, au détriment de clubs plus modestes. Ces derniers dénoncent une "ligue fermée".  

Les présidents de clubs de Ligue 1 s'y opposent 

Plusieurs présidents de clubs français se sont réunis mardi 9 avril pour discuter de ce projet controversé. La possible formule de la C1 prévoit que les cinq premiers de chaque poule seraient directement qualifiés pour l'édition suivante, peu importe leur classement en championnat.

Une aberration pour Bernard Caïazzo, co-dirigeant de l'AS Saint-Etienne et président du syndicat des clubs de Ligue 1. Selon lui, les championnats nationaux perdraient considérablement de leur intérêt avec cette réforme. "Ce qui est très grave c'est que celui qui gagne le championnat en France, ou ceux qui font partie des premiers, ne jouent pas les compétitions européennes. Ce sont d'autres qui les jouent comme une sorte de rente automatique", explique-t-il. Selon Bernard Caïazzo, "c'est un système de riche qui profite aux plus riches. 80% des clubs dans les différents pays n'accepteront pas cette formule".

 

Le système qui consiste à toujours faire aller l'argent à l'argent, à un moment donné, moi sincèrement ça me dégoûte. Il faut que les valeurs du sport l'emportent sur le reste Bernard Caïazzoà franceinfo

Une première réunion s'est tenue le 19 mars dernier entre l'UEFA et l'association européenne des club, présidée par le patron de la Juventus Turin, Andrea Agnelli. D'après le président du syndicat des clubs de ligue 1, rien n'est figé pour l'instant. "C'est un projet, après il peut y avoir des contre-projets ou des aménagements. J'espère que la raison l'emportera", commente Bernard Caïazzo. 
Une nouvelle réunion entre l'UEFA et les ligues européennes est programmée le 8 mai prochain. 

Vous êtes à nouveau en ligne