Quatre questions sur les échauffourées survenues pendant le match Bastia-Lyon

Des supporters de Bastia ont envahi la pelouse avant le coup d\'envoi du match contre l\'OL, dimanche 16 avril, au stade Armand-Cesari, à Bastia (Haute-Corse).
Des supporters de Bastia ont envahi la pelouse avant le coup d'envoi du match contre l'OL, dimanche 16 avril, au stade Armand-Cesari, à Bastia (Haute-Corse). (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Le match entre le SC Bastia et l'Olympique lyonnais a été arrêté après 45 minutes de jeu, après des incidents survenus pendant l'échauffement et à la mi-temps de la rencontre.

Un évènement rare dans le football français. Le match opposant le SC Bastia et l'Olympique lyonnais, dimanche 16 avril, pour le compte de la 33e journée de Ligue 1, a dû être arrêté après 45 minutes de jeu, en raison d'incidents survenus pendant l'échauffement et à la mi-temps de la rencontre. Franceinfo vous résume en quatre questions ce qui s'est passé.

Que s'est-il passé ? 

Il est un peu avant 17 heures, dimanche, quand les Lyonnais terminent leur échauffement sur la pelouse du stade Armand-Cesari de Bastia. Subitement, une cinquantaine de supporters bastiais, provenant de la tribune occupée par le groupe Bastia 1905, parviennent à pénétrer sur la pelouse, pour s'en prendre violemment à une partie de l'équipe rhodanienne et de son staff. La sécurité du club s'interpose alors rapidement pour protéger les Lyonnais. Après quelques minutes de bousculades, de coups et d'insultes, les membres de l'Olympique Lyonnais retournent au vestiaire, et les supporters, eux, regagnent leur tribune.

Finalement, après de longues minutes d'hésitation, décision est prise de maintenir la rencontre, dont le coup d'envoi est donné après quasiment une heure de jeu. Mais au terme de la première période, de nouvelles échauffourées éclatent entre joueurs lyonnais et supporters bastiais, sans raison apparente. La Ligue de football professionnel (LFP) a alors décidé d'arrêter définitivement la rencontre. 

Une enquête en flagrance pour "violences" a été ouverte sur ces faits, a annoncé le procureur de la République Nicolas Bessone, arrivé sur place durant la rencontre. L'enquête a été confiée à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

Y avait-il un précédent entre ces deux clubs ? 

Pour certains, ces débordements survenus dimanche peuvent avoir pour explication les mots de l'ancien entraîneur corse, François Ciccolini, qui, après un match aller tendu à Lyon (perdu 2-1), avait déclaré : "Il va falloir venir chez nous. Il ne faut pas avoir la grippe quand tu vas venir à Bastia, ni la gastro car cela va se régler comme d'habitude, comme des hommes, comme des Corses".

Que risque le SC Bastia ? 

Ces échauffourées risquent de coûter très cher au club du SC Bastia, en lutte pour le maintien, et qui sera visé dès jeudi par l'ouverture d'une procédure disciplinaire. Le Sporting venait tout juste d'enregistrer la réouverture de sa tribune Est, qui avait été fermée pour trois rencontres à la suite de cris racistes proférés contre l'attaquant italien de Nice Mario Balotelli, fin janvier. A cette occasion, la commission de discipline de la LFP avait infligé à Bastia le retrait d'un point avec sursis.

Dimanche soir, le SC Bastia a annoncé dans un communiqué "réunir, d’ores et déjà, tous les éléments nécessaires afin de prendre les mesures fortes et adéquates qui s’imposent suite à ces incidents. Et ce sans attendre la réunion de la commission de discipline de la LFP devant laquelle le club se présentera, jeudi, afin de fournir toutes les explications qui lui seront demandées."

Comment a réagi la LFP ? 

"Trop, c'est trop, il s'agit de faits inqualifiables", a fustigé la présidente de la Ligue de football professionnel, Nathalie Boy de la Tour, dimanche soir à l'AFP. Nous déplorons que le SC Bastia donne une image horrible de notre football, cela nuit à l'image du football professionnel, qui ne mérite pas cela."

"Des supporters qui agressent des joueurs, c'est du jamais vu dans l'histoire de la Ligue 1. Ca nous choque profondément", a-t-elle ajouté, relevant que le club corse était "déjà passé à quatre reprises en commission de discipline cette saison à cause de sa tribune Est"