Ligue 1 : un footballeur d'Angers mis en examen pour des violences sur son bébé

Le footballeur Jean-Pierre Nsame, le 1er août 2015, à Angers (Maine-et-Loire).
Le footballeur Jean-Pierre Nsame, le 1er août 2015, à Angers (Maine-et-Loire). (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

L'attaquant camerounais Jean-Pierre Nsame est accusé d'avoir frappé sa fillette de 5 mois. Les faits se seraient déroulés dimanche après-midi. On ignore pour le moment si l'enfant gardera des séquelles.

Des pelouses de Ligue 1 au bureau du procureur. Jean-Pierre Nsame, attaquant camerounais de 22 ans du club de football d'Angers (L1), a été mis en examen mercredi 11 novembre pour violences volontaires sur sa fillette de 5 mois.

Dimanche vers 21h30, le joueur a amené à l'hôpital sa fillette. Elle a été aussitôt prise en charge en réanimation avant qu'on lui diagnostique des hémorragies méningées importantes. Lundi, les médecins ont signalé au procureur de la République d'Angers cette hospitalisation, diagnostiquant un syndrome du bébé secoué.

La mère était absente

La mère et le père de l'enfant ont été placés en garde à vue, mais la mère a été rapidement remise en liberté : le jour des faits, elle était à Nantes, où elle est partie à 6 heures du matin et n'est revenue que le soir, en urgence, après avoir appris l'hospitalisation de son enfant. "A priori, elle n'était pas là au moment des faits" qui se seraient déroulés dimanche après-midi, selon les examens médicaux, précise le procureur.

C'était la première fois que le joueur de football gardait seul sa fillette toute une journée. "Son audition est en discordance avec les violences constatées, ce qu'il décrit comme un jeu, comme des gestes, n'est pas assez violent" pour entraîner les blessures constatées par les médecins sur l'enfant, relève le procureur.

"Il n'y a pas d'infirmité constatée pour l'instant"

La mise en examen du joueur, pour "violences volontaires avec ITT de plus de huit jours sur mineur de 15 ans" pourrait évoluer selon l'évolution de l'état de santé du bébé. Il n'y a "pas d'infirmité permanente ou partielle constatée pour l'instant", note Yves Gambert. La fillette est toujours en service de soins intensifs jeudi et "les médecins ne veulent pas encore se prononcer sur les éventuelles séquelles", explique-t-il.

Jean-Pierre Nsame a été remis en liberté mercredi soir, sous contrôle judiciaire avec obligation de quitter le domicile familial, interdiction de rencontrer sa femme, son enfant ainsi que les éventuels témoins, et interdiction de sortir du territoire. L'attaquant camerounais (1,88 m, 88 kilos) formé au SCO d'Angers (4e de Ligue 1 après la 13e journée), n'a joué que 22 minutes cette saison. Selon Le Courrier de l'Ouest, il a repris l'entraînement jeudi matin.