Football : Décès de Robet Herbin, "le sphynx", entraîneur légendaire de l'AS Saint-Etienne, à 81 ans

Robert Herbin, 81 ans, était le seul membre de l\'AS Saint-Etienne à avoir participé aux 9 titres de champions de France des Verts, soit en tant que joueur, soit en tant qu\'entraineur.
Robert Herbin, 81 ans, était le seul membre de l'AS Saint-Etienne à avoir participé aux 9 titres de champions de France des Verts, soit en tant que joueur, soit en tant qu'entraineur. (PIERRE VERDY / AFP)

Joueur des "Verts" de 1957 à 1972 puis entraineur de 1972 à 1982, Robert Herbin est mort de problèmes cardiaques sans lien avec le coronavirus.

Robert Herbin, entraîneur légendaire de l'AS Saint-Etienne, est mort lundi 27 avril a indiqué sa famille à franceinfo. Il était hospitalisé, en réanimation à Saint-Etienne. Le "Sphynx" avait été admis il y a une dizaine de jours au CHU pour des problèmes au coeur. Il n'y a aucun lien avec le coronavirus.

Joueur des "Verts" de 1957 à 1972, puis entraineur de 1972 à 1982, Robert Herbin, 81 ans, était le seul membre de l'AS Saint-Etienne à avoir participé aux 9 titres de champions de France des Verts, soit en tant que joueur, soit en tant qu'entraineur. "Robert Herbin, c'est une légende, c'est un personnage hors normes", a réagi Jacques Vendroux, le consultant football de franceinfo.

"Le sphynx", parce qu'il n'était pas démonstratif

C'était "un personnage extrêmement attachant", tient à souligner Jacques Vendroux. "Il est associé à cette équipe mythique, légendaire, des Verts de 1976", qui ont disputé la finale de la Coupe d'Europe à Glasgow contre le Bayern Munich. Robert Herbin a également participé à une phase finale de Coupe du monde en 1966. Robert Herbin a totalisé 23 sélections en équipe de France de football. Comme entraîneur, il a dirigé "les plus grands joueurs de Saint-Etienne, Ivan Curkovic, Oswaldo Piazza, Jean-Michel Larqué, Michel Plantini, Johnny Repp. C'est un personnage qui marquera à vie Saint-Etienne et le football français", estime Jacques Vendroux.

Il ne voulait pas qu'on en fasse trop. Il voulait simplement qu'on dise, Robert Herbin est partiJacques Vendroux

Robert Herbin était surnommé le sphinx "parce qu'il n'avait aucune réaction", rappelle le consultant football de franceinfo. Mais c'est parce qu'il était "très ému à l'intérieur de son corps mais pas extérieurement". L'ancien entraîneur de Saint-Etienne était "hors normes" et était "le patron du club aux côtés de Pierre Garonnaire, (recruteurs des Verts) et Roger Rocher (dirigeant de l'ASSE de 1961 à 1982).", rappelle Jacques Vendroux.

L'ancien entraîneur de Saint-Etienne avait aussi "quelques portes de sorties", confie Jacques Vendroux. "Il aimait le tennis et surtout la musique classique", Wagner, Mahler, mais aussi Pavarotti ou Brel. Après les matchs importants, "le soir, il rentrait chez lui et écoutait de la musique classique". Mais "ce n'était pas un ermite. Il était très bien entouré par toute sa famille. C'est quelqu'un qui a vécu le football avec beaucoup de passion". Robert Herbin était "réglo dans la vie, quelqu'un d'une classe incroyable", estime Jacques Vendroux. Pour le journaliste sportif, Robert Herbin "est parti dignement, sereinement tranquillement".

Vous êtes à nouveau en ligne