Critiqué à son arrivée à l'Olympique lyonnais, Rudi Garcia a fait taire les critiques en emmenant le club en demi-finale de la Ligue des champions

L\'entraîneur de l\'OL, Rudi Garcia, le 9 février 2020. 
L'entraîneur de l'OL, Rudi Garcia, le 9 février 2020.  (S?BASTIEN MUYLAERT / MAXPPP)

L'entraîneur, arrivé au club il y a moins d'un an, était loin de faire l'unanimité auprès des supporters. 

Sa nomination en octobre 2019 en remplacement du Brésilien Sylvinho, avait suscité colère et moqueries de la part de la majorité des supporters lyonnais. À son arrivée, Rudi Garcia était même régulièrement sifflé au Groupama Stadium car les supporters de l'OL se sentaient humiliés de voir l'ancien entraîneur de l'OM débarquer dans leur club. Finalement, dix mois plus tard, il n'a pas fait taire toutes les critiques, mais ce parcours en Ligue des champions et la demi-finale face au Bayern Munich mercredi 19 août a adouci sa tumultueuse arrivée à Lyon.

"Les supporters sont satisfaits"

"Rudi a pris un vestiaire qui n'était pas équilibré, il n'y avait pas beaucoup de leaders", explique le directeur sportif de l'OL, Juninho. "C'était très difficile à l'époque, mais même les supporters aujourd'hui sont satisfaits de son travail", poursuit le Brésilien. Parmi les défenseurs de la première heure, il y a Jean-Michel Aulas, le président du club lyonnais : "Rudi est un garçon qui fait bien son travail. On l'avait identifié pour redresser cet Olympique lyonnais qui a des moyens mais qui ne réussissait pas tout au long de l'année. C'est un entraîneur qui mérite la reconnaissance."

Depuis le déconfinement, Rudi Garcia a installé un système de jeu, choisi ses hommes pour le faire fonctionner en fonction de sa stratégie et pas du statut des joueurs. De quoi instaurer un état d'esprit et fédérer un groupe, ce qui a permis à Lyon de renverser la Juventus Turin puis Manchester City en Ligue des champions. Le technicien de 56 ans ne le prend pas comme une revanche : "Je ne suis pas du tout là-dedans, affirme Rudi Garcia. Mon bonheur est par procuration, ce sont des moments d'émotions ensemble qui sont forts. Je fais ce métier pour vivre ces moments-là mais ils sont très rares dans une carrière". 

Le coach lyonnais a encore deux matchs à remporter pour mener l'Olympique lyonnais vers les sommets et continuer de la meilleure des manières une histoire qui avait pourtant très mal commencé. 

Vous êtes à nouveau en ligne