Ligue 1 : Paris assure, Monaco se rassure et Lyon carbure

Les milieux de terrains du PSG Thiago Motta et Blaise Matuidi, le 19 janvier 2014, heureux d\'avoir vaincus Nantes 5-0, à Paris.
Les milieux de terrains du PSG Thiago Motta et Blaise Matuidi, le 19 janvier 2014, heureux d'avoir vaincus Nantes 5-0, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Peu de résultats surprenants pour la 21ème journée de championnat, mais l'écart se creuse en tête de la Ligue 1, toujours dominée par un PSG en démonstration dimanche soir.

1- PSG 50 points (vainqueur de Nantes 5 à 0). Pour le leader, il s'agissait de conserver son matelas d'avance. Les Parisiens ont fait mieux en atomisant Nantes : ils ont impressionné la France du foot et soigné leur goal-average. Avec 50 points le PSG égale le record du nombre de points inscrits en Ligue 1 en 21 journées, détenu par Lyon. 

2- Monaco 45 (a gagné à Toulouse 2-0). C'est la fin de la (courte) disette pour des Monégasques qui ont concédé une défaite et un nul lors des deux précédentes journées. Cette fois, malgré un Falcao transparent, ils repartent de Toulouse avec une victoire et un deuxième but magnifique d'Ocampos, qui terminera à coup sûr dans les cinq plus beaux de la saison.

3- Lille 40 (Battu à Saint-Etienne 2-0). Rien ne va plus à Lille qui enchaîne sa deuxième défaite de rang et voit Paris et Monaco s'éloigner. La cause, selon l'entraineur lillois René Girard ? Les Dogues pensent trop au titre de champion. "Je pense qu'il faut mettre quelques têtes dans le frigo" a commenté le technicien.

4- Saint-Etienne 37 (vainqueur de Lille 2-0). Humiliés la semaine dernière par une élimination en Coupe de France à Cannes, club de CFA, les Verts avaient promis de se rattraper, pour vite oublier. Ils ont fait mieux en se rapprochant dangereusement de leurs adversaires du week-end 

5- Marseille 32 (match contre Valenciennes reporté). La pluie et les intempéries qui frappent la Côte d'Azur ont eu raison de la pelouse du Vélodrôme. Pas si grave pour les joueurs de l'OM qui y disputent un match dès mardi soir en coupe de France contre Nice. Leur entraîneur José Anigo apprécie presque: "Je ne suis pas mécontent non plus d'avoir deux jours de plus pour récupérer."

6 - Nantes 32 (battu à Paris 5-0). Les Nantais n'espéraient pas forcément une victoire, mais ils ne pensaient pas nécessairement à une gifle. Elle a été sévère. Il leur reste à se servir de ce non-match pour préparer la réception du PSG, le 4 février prochain, en demi-finale de la coupe de la Ligue.

Les défenseurs nantais défaits au Parc des Princes, le 19 janvier 2014 à Paris.
Les défenseurs nantais défaits au Parc des Princes, le 19 janvier 2014 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

7- Reims 32 (battu par Lyon 2-0). Après une victoire inattendue à Lille la semaine passée, on prêtait des rêves d'Europe aux Rémois. Une semaine plus tard, leur entraîneur Hubert Fournier fait redescendre ses hommes sur terre : "On n'est pas encore au niveau pour jouer dans la cour des grands."

8- Lyon 31 (vainqueur à Reims 2-0). Et si 2014 marquait le retour de Lyon ? En tout cas les Gones enchaînent leur 4ème victoire en autant de matchs cette année. Mais même après cette victoire sans bavure à Reims, Rémi Garde, l'entraîneur lyonnais, reste prudent : "On s'est mis dans une telle situation dans les six premiers mois de la saison qu'il ne faut pas pavoiser." 

9- Bordeaux 31 (battu à Bastia 1-0). La saison avait mal débuté pour les Girondins, provoquant la colère récurrente de leur entraîneur, avant une embellie pleine d'espoir en décembre. Après la trêve, le schéma se répète, Bordeaux enchaîne sa quatrième défaite de rang, fait du sur place et Francis Gillot, le technicien girondin, ne prend pas de gants : "Tout m'inquiète"

10- Lorient 30 (vainqueur de Guingamp 2-0). Frustrés par leur défaite imméritée à nantes la semaine passée, les Lorientais ont voulu rectifié le tir. Et ils ont plié l'affaire en un quart d'heure, menant 2-0 dès la 13ème minute. "Malgré la défaite, le match de Nantes m'avait davantage plu." Jamais content Christian Gourcuff, l'entraîneur des Merlus ?

11- Toulouse 28 (battu à domicile par Monaco 2-0). Qui y'a-t-il de pire qu'une défaite ? Une défaite avec des regrets. C'est bien ce qu'on vécut les Toulousains dimanche soir au Stadium tant ils ont eu les moyens de battre Monaco. Alain Casanova leur entraîneur pointe "le manque de réalisme" de ses joueurs : "On voit la différence entre une équipe composée d'internationaux qui ont de l'expérience et le TFC." En clair, "au travail".

12- Bastia 27 (vainqueur de Bordeaux 1-0). A quoi sert le mercato ? C'est la question que doivent se poser certains supporters corses depuis samedi soir. Djibril Cissé, la recrue star de l'hiver, était blessée. Et Bastia a gagné après avoir enchaîné cinq matchs sans victoire. Conclusion de Frédéric Hantz, l'entraîneur corse : "Cette victoire me permet de savoir que je peux compter sur un groupe plus étoffé."

Vainqueurs 1-0 de Bordeaux, les joueurs du SC Bastia ont remercié leur public le 18 janvier 2014.
Vainqueurs 1-0 de Bordeaux, les joueurs du SC Bastia ont remercié leur public le 18 janvier 2014. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

13- Nice 27 (Vainqueur 2-0 d'Ajaccio). Pour voir des buts à Nice, il ne fallait pas arriver en retard, ou quitter le stade avant la fin pour éviter les bouchons. Le premier but a été inscrit au bout de trois minutes, le second dans les arrêts de jeu. Entre les deux ? "Un match courageux" selon l'entraîneur niçois Claude Puel. Comprenez "Pas terrible mais ça gagne".

14- Guingamp 25 (battu 2-0 à Lorient). Après son bon nul obtenu contre Saint-Etienne la semaine dernière, Guingamp espérait un derby breton en sa faveur. C'était sans compter sur une entame de match ratée, qui lui coûtait deux buts en 13 minutes.

15- Rennes 23 (match nul 0-0 contre Evian TG). Rennes n'est définitivement plus un candidat à l'Europe. Et pour être un candidat au maintien, il faut éloigner ses concurrents ce que les Bretons peinent également à faire.

16- Montpellier 21 (vainqueur à Sochaux 2-0).Ouf. C'est le cri de soulagement qu'ont poussé les hommes de Roland Courbis en s'imposant en Ligue 1 samedi soir, ce qui n'tait pas arrivé depuis... le 6 octobre. Il fallait bien ça pour se remonter le moral avant d'affronter le PSG au Parc des Princes mercredi en Coupe de France.

17- Evian TG 20 (match nul à Rennes 0-0). "Ce groupe a une âme et les joueurs ont du coeur, ce qui va nous permettre j'espère de nous maintenir. (...) Et si on devait finir 17e, j'en serais le plus heureux." Pascal Dupraz et son équipe s'accrochent et connaissent bien les ingrédients du maintien. A confirmer dimanche prochain à Lyon ?

18- Valenciennes 17 (match à Marseille reporté). Après une deuxième victoire (très) longtemps attendue la semaine dernière, Valenciennes se voyait bien tenter un coup à Marseille. C'était sans compter sur les intempéies qui ont forcé un report du match. Reste à savoir quand. Le président marseillais, Vincent Labrune, propose le 29 janvier.

19- Sochaux 11 (battu à domicile par Montpellier 2-0). La semaine dernière, Hervé Renard annonçait un "nouveau championnat" qui démarrait pour Sochaux. Un nouveau départ bien raté avec une défaite logique, un carton rouge logique, et une avant-dernière place logique. Vers une descente logique ?

20- Ajaccio 9 (battu à Nice 2-0). "C'est une grosse déception. Une de plus." Christian Bracconi est déçu, car le match de ses joueurs ajacciens était bon, mais pas suffisant pour l'emporter. "Il n'y a pas que de la malchance, il y a aussi de la maladresse". Une lucidité suffisante pour inverser la tendance ? L'espoir fait vivre, même une lanterne rouge.

Vous êtes à nouveau en ligne