Ligue 1 : Montpellier "a fait le boulot", Paris aussi

Les joueurs du PSG Nenê et Alex se congratulent après la victoire de leur club sur Marseille 2-1, le 8 avril 2012 à Paris.
Les joueurs du PSG Nenê et Alex se congratulent après la victoire de leur club sur Marseille 2-1, le 8 avril 2012 à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Vainqueurs de Sochaux 2-1, les Montpelliérains sont vraiment les patrons de la L1. Mais Paris, vainqueur de l'OM, s'accroche.

Toute l'actualité de votre club après la 31e journée résumée en deux phrases, pas toujours très sympas.

1- Montpellier 63 points (vainqueur de Sochaux 2-1). René Girard, entraîneur de Montpellier : "On a fait le boulot." Plus que jamais, Montpellier vise le titre. "On n'était pas programmés pour être champions, mais je pense qu'on va les emm... jusqu'au bout."

2- Paris SG 63 (vainqueur de Marseille 2-1). Petit match. Petite victoire. Mais les Parisiens ont retrouvé le mental de tueurs qui a fait d'eux les cadors de la L1. Marquer le second but une minute après l'égalisation de l'OM a coupé les jambes aux Marseillais. Les supporters du Parc des Princes ont aussi retrouvé le mental en ponctuant l'entrée de l'attaquant marseillais André-Pierre Gignac par "un Big Mac pour Gignac", et de l'attaquant brésilien Brandao par "Brandao en prison".

3- Lille 56 (battu à Brest 1-3). La défaite aurait dû être plus lourde, sans des parades de Landreau, sans la mansuétude de l'arbitre qui a oublié un penalty. Les Brestois avaient consulté les statistiques : pour neutraliser Lille, il fallait neutraliser Hazard, meilleur buteur et meilleur passeur de 2012.

4- Lyon 53 (vainqueur d'Auxerre 2-1). Deux penalties pour Lyon, et curieusement, on n'a pas entendu un Lyonnais se plaindre de l'arbitrage.

Le gardien auxerrois Olivier Sorin accroche l\'attaquant lyonnais Lisandro Lopez lors du match Lyon-Auxerre, le 7 avril 2012.
Le gardien auxerrois Olivier Sorin accroche l'attaquant lyonnais Lisandro Lopez lors du match Lyon-Auxerre, le 7 avril 2012. (PHILIPPE MERLE / AFP)


5- Toulouse 50 (battu à Valenciennes 0-2). Alain Casanova s'est attaqué aux arbitres, qui ont en tête une image de Toulouse comme équipe agressive. "J'ai l'impression que les cartons sont vite dégainés. Il ne faut pas non plus qu'on soit plus ciblés que d'autres parce qu'on a un jeu très engagé, avec de l'impact physique. On a envie de blesser personne." Toulouse est quand même avant-dernier au classement du fair play.

6- Rennes 48 (vainqueur d'Evian Thonon-Gaillard 3-1). Quand Jérôme Leroy a ouvert le score pour Evian, on a cru au pire. Les joueurs qui marquent contre leur ancien club, ça ne pardonne pas. Mais les Rennais ont eu les ressources pour redresser la situation.

7- Saint-Etienne 47 (tenu en échec à Ajaccio 1-1). Certes, les Verts ne perdent plus, et mettent fin à leur série de trois défaites consécutives qui a brisé leurs rêves de Ligue des champions. Mais concéder un point contre un Ajaccio pas très inspiré, c'est presque une défaite.

8- Bordeaux 42 (battu par Caen 0-1). Perdre sur le terrain de la plus mauvaise équipe à domicile, ça, c'est fait.

9- Marseille 40 (battu à Paris 1-2). Onzième match sans victoire pour l'OM, qui peut se féliciter d'avoir assuré le maintien tôt dans la saison.

10- Evian 39 (battu par Rennes 1-3). Evian Thonon-Gaillard, une des équipes qui s'effondrent le plus en seconde période. Ça s'est encore vu ce soir.

11- Nancy 39 (vainqueur de Dijon 2-0). Sur les six dernières journées, Nancy est 1er du championnat! "Quand on se souvient de la situation de Nancy il y a cinq ou six semaines, que beaucoup de gens nous envoyaient en Ligue 2, je peux vous assurer que je ressens en ce moment de grandes émotions avec ce groupe", sourit Jean Fernandez, l'entraîneur.

12- Valenciennes 37 (vainqueur de Toulouse 2-0). Les critiques avaient fusé la semaine passée contre les Nordistes, battus à Auxerre. Le gardien Penneteau avait comparé son équipe à "un club de Promotion d'honneur" (9e division). La semaine suivante, VA tape dans les grandes largeurs le 5e du classement, meilleure défense de L1.

13-Nice 34 (vainqueur de Lorient 2-0). Deux victoires de suite, une différence de buts convenable (-4). Et d'un seul coup, on se donne énormément d'air au classement.

14- Dijon 34 (battu par Nancy 0-2). La défaite s'annonçait honorable, quand, lors de son remplacement, l'attaquant dijonnais Brice Jovial a fait un bras d'honneur au public. Et là, Dijon n'est plus tout à fait ce petit club sympathique. Jovial s'est excusé et l'entraîneur, Patrice Carteron, a demandé au public de ne pas en tenir rigueur à l'attaquant. Affaire à suivre.

15- Brest 33 (vainqueur de Lille 3-1). Mais comment est-ce possible ? Les Lillois ont eu peur de la mascotte brestoise ? Ce pirate sanguinaire ? Ou pas.

La mascotte du club de Brest, le 7 avril 2012.
La mascotte du club de Brest, le 7 avril 2012. (FRED TANNEAU / AFP)

16- Caen 33 (vainqueur de Bordeaux 1-0). Les Caennais ont marqué à la deuxième minute, puis rideau. Il faut dire que la timidité des Bordelais - qui se sont payé le luxe de rater un penalty - n'a pas donné de sueurs froides à l'entraîneur normand Franck Dumas.

17- Ajaccio 33 (tenu en échec par Saint-Etienne 1-1). Ajaccio, l'équipe qui ne marque jamais plus d'un but par match (sauf une fois, contre Valenciennes). Forcément, quand les Stéphanois ont ouvert le score, les Corses savaient qu'ils n'obtiendraient pas mieux qu'un nul.

18- Lorient 32 (battu à Nice 0-2). Cela faisait une éternité qu'on n'avait pas vu Lorient en position de relégable. Depuis la saison de la remontée, en 2006, le club de Christian Gourcuff semblait s'installer petit à petit dans le ventre mou du classement, voire mieux. Mais sans Amalfitano et Gameiro (27 buts et 16 passes décisives à eux deux l'an passé), sans réussite (une victoire sur les treize derniers matchs), l'équipe glisse dans la zone de relégation. Triste première.

19- Sochaux 30 (battu à Montpellier 1-2). Si les Sochaliens n'avaient pas la fâcheuse habitude d'encaisser des buts d'entrée de jeu, ça aiderait l'opération maintien.

20- Auxerre 28 (battu à Lyon 1-2). L'homme du match était lyonnais, le défenseur Samuel Umtiti. Sa bourde permet à Auxerre d'égaliser, son sauvetage sur la ligne empêche les Bourguignons de prendre l'avantage alors que le score était de 1-1. Dommage.

Vous êtes à nouveau en ligne