Ligue 1 : Le PSG s'offre l'OM, Lyon coule

Zlatan Ibrahimovic célèbre son but contre Marseille, le 6 octobre 2013.
Zlatan Ibrahimovic célèbre son but contre Marseille, le 6 octobre 2013. (BORIS HORVAT / AFP)

Le PSG et Monaco creusent l'écart en tête du classement. L'Olympique Lyonnais s'enfonce dans la crise. 

Toute l'actualité de votre club après la 9e journée de Ligue 1, disputée les 4, 5 et 6 octobre, en deux ou trois phrases pas toujours sympas. 

1- Monaco (21 points, vainqueur de Saint-Etienne 2-1) Après neuf journées de championnat, le club de la principauté a enfin compris pourquoi il avait dépensé 45 millions d'euros cet été pour attirer James Rodriguez. Peu utilisé depuis le début de saison, l'autre Colombien de l'effectif a délivré deux superbes passes décisives.

Les joueurs de Monaco fêtent leur premier but, le 5 octobre 2013 à Monaco.
Les joueurs de Monaco fêtent leur premier but, le 5 octobre 2013 à Monaco. (VALERY HACHE / AFP)
 

2- Paris Saint-Germain (21 points, a battu Marseille 2-1) Une expulsion, un penalty et un but. Ce choc au sommet contre l'Olympique de Marseille avait très mal commencé pour les Parisiens. Puis les coéquipiers de Cavani se sont mis à jouer et ont pris le meilleur sur leurs adversaires grâce à Maxwell et Ibrahimovic sur penalty. Costaud.

3- Lille (17 points, a atomisé Ajaccio, 3-0) Tenu en échec la semaine passée à Lyon, le LOSC est reparti de plus belle ce week-end. Grâce aux premiers buts en Ligue 1 de Souaré et Gueye, les hommes de René Girard reviennent à hauteur de Marseille. "Il y avait une belle communion avec le public, c'est vraiment super", s'est réjoui ce dernier.

4- Marseille (17 points, battu par le PSG 1-2) Les Marseillais peuvent s'en vouloir. A 11 contre 10, les Olympiens, apathiques et peu engagés, se sont fait rejoindre puis dépasser à domicile par les Parisiens. "On n'est pas une grande équipe", a résumé Mathieu Valbuena après la rencontre.

5- Nantes (16 points, large vainqueur d'Evian, 3-0) Avec cette nouvelle victoire, les Canaris s'installent confortablement dans le groupe de tête. Et Filip Djordjevic, auteur de ses 5e et 6e buts de la saison, n'est plus qu'à une unité du meilleur buteur du championnat, Radamel Falcao. "5e ? C'est bien. Cela fait 16 points, on aurait signé de suite en début de saison", a déclaré Michel Der Zakarian après le match.

Filip Djordjevic a inscrit ces 5e et 6e buts le 5 octobre 2013 à la Beaujoire, à Nantes (Loire-Atlantique).
Filip Djordjevic a inscrit ces 5e et 6e buts le 5 octobre 2013 à la Beaujoire, à Nantes (Loire-Atlantique). (FRANK PERRY / AFP)

6- Nice (14 points, battu à Toulouse 1-0) Avant de se présenter sur la pelouse du Stadium de Toulouse, les Niçois n'avaient perdu qu'un seul de leurs six derniers matchs en Ligue 1. Ils se sont pourtant inclinés, manquant au passage l'occasion de rester dans le wagon de tête.

7- Saint-Etienne (13 points, défait à Monaco 1-2) Saint-Etienne a enchaîné un quatrième match sans victoire. Mais les Verts n'ont pas démérité, et ont même fait douter le leader monégasque. Pas de quoi dérider le colérique Christophe Galtier. "On a un parcours de relégable. On va nous dire qu'on pouvait gagner le match, qu'on a la balle du 2-1. Mais on a perdu", peste l'entraîneur stéphanois.

8- Montpellier (12 points, a atomisé Lyon 5-1) Après deux matchs sans but à domicile, les Montpelliérains ont retrouvé le chemin des filets, grâce à un très bon Rémy Cabella, auteur d'un doublé. Cette victoire permet aux hommes de Jean Fernandez de retrouver la première partie de tableau.

9- Reims (12 points, tenu en échec à Valenciennes, 1-1) Il n'a manqué que quelques minutes aux Rémois pour battre la lanterne rouge du classement et écarter un concurrent dans la course au maintien. Mais Reims n'a pas su tuer le match. "On avait la possibilité de faire l'écart avec un concurrent pour le maintien, c'est un premier match charnière mal négocié", a regretté le coach Hubert Fournier

10- Bastia (12 points, a écrasé Lorient 4-1) C'est l'expérimenté gardien Mickaël Landreau qui résume le mieux la situation du club corse : "tout va bien". Après quatre matchs sans victoire, les Bastiais ont réalisé l'un de leurs meilleurs matchs de la saison. Mais Landreau garde la tête froide : "l'essentiel, c'est qu'on se sauve".

Les Bastiais Romaric (à gauche) et Boudebouz (à droite) sont heureux, Bastia n\'a fait qu\'une bouchée de Lorient le 4 octobre 2013.
Les Bastiais Romaric (à gauche) et Boudebouz (à droite) sont heureux, Bastia n'a fait qu'une bouchée de Lorient le 4 octobre 2013. (PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP)

11- Rennes (12 points, battu par Guinguamp 0-2) Sale soirée pour les Rennais. Les joueurs de Philippe Montanier n'ont pas seulement perdu le derby breton. Ils ont aussi perdu trois joueurs, Romain Danzé et Cédric Hountondji, sonnés après de violents chocs, et Nelson Oliveira, expulsé. "Une cascade de circonstances nous a menés à la défaite", s'est désolé le coach après le match.

12- Toulouse (12 points, vainqueur de Nice 1-0) Toulouse va mieux. Le TFC signe sa troisième victoire en quatre matchs, grâce à la tête de Ben Yedder. "On est revenu dans la course et c'est l'objectif que nous nous étions fixés avant la rencontre", s'est félicité le capitaine, Etienne Didot.

13- Guingamp (11 points, vainqueur de Rennes 2-0) Vainqueur du derby breton, les Guingampais ne boudent pas leur plaisir. "C'est une très grosse satisfaction. Les joueurs ont parfaitement répondu présent", a savouré l'entraîneur Jocelyn Gourvennec. Ce dernier a dû également apprécier les compliments d'un ancien sélectionneur de l'équipe de France sur Twitter.

14- Lyon(11 points, ridiculisé par Montpellier 1-5) Cinq buts encaissés, le capitaine, Maxime Gonalons, expulsé. A la peine depuis plusieurs matchs, Lyon a touché le fond au Stade de la Mosson, comme jamais depuis 2000. Spécialité parisienne jusqu'ici, la crise d'automne a déménagé entre Saône et Rhône cette année.

Rémy Cabella échappe à Maxime Gonalons et Montpellier écrase Lyon 5-1.
Rémy Cabella échappe à Maxime Gonalons et Montpellier écrase Lyon 5-1. (PASCAL GUYOT / AFP)

15- Bordeaux (10 points, vainqueur de Sochaux 4-1) En quatre matchs à domicile cette saison, les Bordelais n'avaient inscrit qu'un petit but, le plus faible total de Ligue 1. Et puis Sochaux s'est présenté à Chaban-Delmas et les joueurs au scapulaire ont retrouvé un peu d'efficacité, grâce à Cheikh Diabaté, auteur d'un doublé.

16- Evian-TG (9 points, humilié à Nantes 3-0) Dépité, le coach d'Evian n'a pas mâché ses mots après la rencontre. "On n'était pas descendus du bus qu'on avait déjà pris un but (...)  La seule satisfaction c'est qu'on a rendu les Nantais heureux", a déclaré Pascal Dupraz, avant de s'en prendre à ses joueurs : "on a des défenseurs qui ne veulent pas défendre, à partir de là, c'est difficile".

17- AC Ajaccio (7 points, sévèrement battu à Lilles 3-0) Le coach italien d'Ajaccio, Fabrizio Ravanelli a beau gesticuler sur le bord de la touche, il n'a rien pu faire pour éviter le naufrage de son équipe à Lille. "Lille est une grande équipe et on n'a pas vu le meilleur Ajaccio. Nous n'étions pas dans le coup, on a mal démarré", a-t-il regretté.

18- Lorient (7 points, balayé à Bastia 1-4) Après 9 journées de championnat, Lorient est déjà dans le dur. Malmenés par une séduisante équipe bastiaise pendant 90 minutes, les Lorientais n'ont rien pu faire. "On savait en début de saison qu'on se battrait pour le maintien, a rappelé le coach Christian Gourcuff. On y est déjà".

19- Sochaux (5 points, battu à Bordeaux 1-4) Ce dernier match d'Omar Daf contre entraîneur par intérim avait pourtant bien commencé, avec un missile de Roy Contout sous la barre de Cédric Carrasso. Mais les Sochaliens ont ensuite perdu pied. "On joue une demi-heure, et après, je ne sais pas à quoi on pense, mais pas au résultat", a lâché, dépité, le défenseur Cédric Kanté.

20- Valenciennes (4 points, match nul contre Reims 1-1) Daniel Sanchez a-t-il sauvé son fauteuil ? L'entraîneur de Valenciennes, sur la sellette après sept défaites de rang, a dû apprécier l'égalisation dans les dernières minutes de Enza-Yamissi. "Aujourd'hui, c'est l'homme de la situation, je n'ai pas dit qu'il n'était plus le coach. Je prendrai ma décision en bon père de famille", a simplement déclaré son président, Jean-Raymond Legrand, après le match.