Ligue 1 : OM-PSG (2-2), match bipolaire

Zlatan Ibrahimovic célèbre son doublé face à l\'Olympique de Marseille, au Stade Vélodrome, le 7 octobre 2012. 
Zlatan Ibrahimovic célèbre son doublé face à l'Olympique de Marseille, au Stade Vélodrome, le 7 octobre 2012.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Le choc au sommet de la Ligue 1 a accouché de 45 minutes endiablées, et de 45 autres ennuyeuses...

L'actualité de votre club après la 8e journée de Ligue 1, disputée les 5, 6 et 7 octobre 2012, sans fioritures. 

1- OM 19 points (tenu en échec par le PSG 2-2). Voilà qui change des OM-PSG façon guerre de tranchées et tacles hauts qu'on a connu ces 15 dernières années. On a montré qu'on pouvait rivaliser, au moins sur un match. C'est un bon résultat quand même", résume justement Benoît Cheyrou sur Canal +.

2- PSG 16 points (auteur d'un bon nul à Marseille 2-2). Match bipolaire pour le PSG. Hyper-efficace mais emprunté en première période, plus solide mais peu tranchant en seconde. Le PSG, toujours invaincu, n'a pas perdu au Vélodrome, et c'est déjà une bonne performance.

3- Lyon 15 points (tenu en échec à Lorient 1-1). Lyon aurait pu l'emporter avec un peu plus de compréhension des poteaux lorientais. Mais était-ce mérité ?

4- Lorient, 14 points (accroché par Lyon 1-1). Christian Gourcuff, qui comme tous les spectateurs a vu un excellent match de foot :  "C'est notre meilleur match de la saison dans la créativité, avec des redoublements. C'est le foot que j'aime, c'est assez rare de voir ça sur les terrains de Ligue 1."

5- Reims 14 points (vainqueur de Nice 3-1). Toujours une confortable avance pour les Champenois au classement des promus.

6- Bordeaux 14 points (tenu en échec à Brest 1-1). Bordeaux, mine de rien, est toujours invaincu en championnat.

7- Toulouse 13 points (tenu en échec par Valenciennes 2-2). Héros il y a quinze jours, le gardien Ali Ahamada s'est illustré en relâchant bêtement un ballon facile dans son but. Mais ses équipiers, comme à Reims et contre Rennes, sont revenus au score dans les dernières secondes.

8- Valenciennes 12 points (auteur d'un bon nul à Toulouse 2-2). Les Valenciennois sont toujours aussi joueurs. Toujours trop joueurs. Combien de points perdus dans les dernières minutes ?

9- Saint-Etienne 11 points (vainqueur de Nancy 4-0). Tous les attaquants qui
marquent et Brandao qui prend de vitesse la défense lorraine (si, si), les voyants sont enfin au Vert.

10- Lille 10 points (vainqueur d'Ajaccio 2-0). Ca y est : les Lillois ont remporté leur premier match de championnat dans leur Grand Stade.

Le milieu de terrain lillois prend en tenaille Ajaccio, le 6 octobre 2012 au Grand Stade de Lille. 
Le milieu de terrain lillois prend en tenaille Ajaccio, le 6 octobre 2012 au Grand Stade de Lille.  (JOHAN BEN AZZOUZ / MAXPPP)

11- Rennes 10 points (vainqueur de Sochaux 1-0). Première victoire à l'extérieur pour le Stade Rennais et quatrième match sans défaite, ça sent la prise d'élan avant la remontée dans la première partie du tableau pour les Bretons.

12- Brest 10 points (auteur d'un bon nul contre Bordeaux 1-1). Si tous les attaquants étaient comme le Brestois Ben Basat. Trois tirs cadrés, trois buts. Un résumé de son équipe, qui tire peu et qui marque peu, mais souvent à bon escient.

13- Bastia 10 points (vainqueur de Troyes 3-2). L'attaque, c'est réglé. Reste à peaufiner la défense, toujours coupable d'une confondante naïveté et qui n'a pas encore fini un match sans encaisser de but. Les deux victoires bastiaises à domicile ont été acquises dans les dernières minutes et face à un adversaire réduit à neuf...

La joie du buteur bastiais Toifilou Maoulida, auteur du but de la victoire contre Troyes (3-2), le 6 octobre 2012.
La joie du buteur bastiais Toifilou Maoulida, auteur du but de la victoire contre Troyes (3-2), le 6 octobre 2012. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

14- Ajaccio 9 points (battu par Lille 2-0). Du progrès. Lors de leur précédent déplacement dans le Nord, à Valenciennes, ils en avaient encaissé 3 et avaient terminé le match à 10.

15- Nice, 8 points (battu par Reims 3-1). Ce n'est que la deuxième défaite en huit matchs des hommes de Claude Puel. Mais comme ils sont partis sur des bases très élevées pour battre le record de matchs nuls en une saison (déjà cinq), ils n'occupent qu'une peu flatteuse 15e place.

15- Montpellier 8 points (battu par Evian à domicile 2-3). Du mal à digérer. Les erreurs de défense de l'international Yanga M'Biwa, les errements de l'attaque portée par le seul Souleymane Camara, la chance qui fuit le champion en titre. La rédemption sera
longue. "Si certains se croient champions du monde, ils déchantent, s'énerve René Girard, l'entraîneur montpelliérain. "Certains garçons confondent un peu tout dans le football, il va falloir revenir vite les pieds sur terre."

17- Evian 8 points (vainqueur de Montpellier 3-2). L'analyse très lucide de l'entraîneur savoyard, Pascal Dupraz : "Laissez nous savourer cette victoire. A défaut d'être méritée, elle a le mérite d'exister."

18- Sochaux 6 points (battu par Rennes 0-1). Pire que la défaite, la blessure aux ligaments croisés de leur milieu buteur Thierry Doubaï est la vraie mauvaise nouvelle pour Sochaux.

19- Nancy 4 points (écrasé par Saint-Etienne 0-4). Dans le temps, on reprochait à Nancy de jouer défensif. Une qualité de bétonnage manifestement évaporée. "Les solutions, c'est le travail. Il n'y a pas de recette miracle", veut croire l'entraîneur Jean Fernandez. Reprise en main impérative contre Sochaux le 20 octobre prochain.
Après, ce sera le PSG sur la route des Lorrains.

20-Troyes 2 points (battu à Bastia 3-2). Arles-Avignon cru 2010-11 avait mis 12 journées à décrocher son premier succès. Troyes fera-t-il pire? Ce serait dur pour les hommes de Jean-Marc Furlan, encore courageux contre Bastia, mais pêchant sur des détails...

Retrouvez le compte-rendu de la journée sur francetv sport.

Vous êtes à nouveau en ligne