L1 : des débordements lors de la rencontre OM/OL au Vélodrome

(Une partie de la rencontre s'est jouée sous l’œil des CRS © MaxPPP)

Le choc entre Marseille et Lyon, dimanche, en clôture de la 6e journée de Ligue 1, s'est révélé particulièrement intense (score final 1-1). La rencontre a été interrompue pendant une vingtaine de minutes à cause de jets d'objets sur la pelouse. La Ligue de football professionnel convoque une réunion lundi matin sur la sécurité dans les stades.

Une rencontre pour le moins mouvementée. Cet "Olympico" avait déjà mal commencé : l'ex-Marseillais Mathieu Valbuena s'est fait copieusement sifflé dès son entrée sur le terrain, par une partie du public du Vélodrome écœuré de le voir porter les couleurs de l'Olympique lyonnais. Avant le match le maillot du joueur aux couleurs de l'OM a été brûlé et dans les tribunes, virage sud, un mannequin à son éfigie est pendu à une potence. A l'heure de jeu, des projectiles tombes sur le terrain.

Dans une atmosphère brûlante, l'arbitre, lui aussi contesté et hué par des spectateurs, a finalement renvoyé les deux équipes aux vestiaires à la 62e minute, à cause de jets d'objets à répétition sur la pelouse. Vingt-cinq minutes plus tard, la rencontre a pu reprendre et Marseille, longtemps mené, a égalisé (1-1).

"Les vrais marseillais savent ce que j'ai fait ici et ça on ne me l'enlèvera jamais" Mathieu Valbuena

Mathieu Valbuena a passé un moment très difficile, il le reconnait : "ça fait pas plaisir parce que quand les supporters vous ont adulé pendant huit ans et qu'en l'espace d'un mois où j'ai signé à Lyon ils ont tout oublié. C'est quand même dommage." Le joueur a aussi souligné que ces attaques virulentes ne venaient pas de l'ensemble des supporters. "Je peux me vanter que j'ai gagné des titres, j'ai vécu des moments extraordinaires ici et que je souhaite à n'importe quel joueur" a-t-il conclu durant sa conférence de presse à la fin du match.

"Il y avait de la haine, [...] mais je leur en veux pas" Mathieu Valbuena
--'--
--'--

Labrune / Aulas : le match des dirigeants

A la fin de la rencontre, quand la pression est redescendue sur le terrain, ce sont les dirigeants des deux clubs qui ont réglé leurs comptes.

Vincent Labrune, le président de l'OM, a estimé que l'Olympique lyonnais avait été avantagé par l'arbitrage tout au long du match : "il y a des équipes qui ont plus souvent des penalties que les autres. C’est le cas de l’Olympique Lyonnais. À la mi-temps, j’ai dit à Jean-Michel que je trouvais ça drôle.[...] Si c’était parti en vrille, on n’aurait pas été responsable de tout."

Le Lyonnais, Jean-Michel Aulas, n'a pas mis longtemps à lui répondre. Pour lui, les conditions de jeu étaient insupportables et les dirigeants l'OM pas à la hauteur : "ils ont laissé se propager, voire même organiser, ce qui était une vendetta à l'attention de Mathieu Valbuena et ça c'est insupportable!"

"J'ai dit à Vincent Labrune que c'était un guignol" Jean-Michel Aulas
--'--
--'--

La LFP se réunit lundi matin 

Cette 6e journée de Ligue 1 a été émaillée de nombreux incidents. Au-delà ce cet "Olympico" interrompu, samedi, des incidents ont éclaté entre supporters et forces de l'ordre après le match Bastia-Nice (1-3). Une réunion d'urgence consacrée à la sécurité se tiendra lundi matin au siège parisien de la Ligue de football professionnel (LFP) autour de son président Frédéric Thiriez. 

Vous êtes à nouveau en ligne