France-Finlande 3-0 : les Bleus disputeront les barrages du Mondial

Franck Ribéry a marqué le premier but face à la Finlande, mardi 15 octobre 2012, au Stade de France.
Franck Ribéry a marqué le premier but face à la Finlande, mardi 15 octobre 2012, au Stade de France. (JEAN MARIE HERVIO / DPPI MEDIA / AFP)

Après des victoires contre la Biélorussie et l'Australie, l'équipe de France a confirmé sa bonne forme en battant la Finlande.

Les Bleus se sont montrés convaincants sur la pelouse du Stade de France, mardi 15 octobre. Ils ont battu la Finlande 3 à 0 pour leur dernier match qualificatif pour le Mondial 2014, grâce à une très belle performance de Franck Ribéry, auteur d'un but et une passe décisive. Avec cette victoire, ils peuvent encore espérer participer à la Coupe du monde. Ils disputeront les matchs de barrages mi-novembre. Que retenir de cette rencontre ?

Des Bleus sur courant alternatif

La France a réalisé un très bon premier quart d'heure, prenant à la gorge son adversaire, jouant simple et bien. Les trois créateurs alignés par Didier Deschamps (Nasri, Valbuena et Ribéry), positionnés derrière l'unique avant-centre, Olivier Giroud, faisaient merveille en permutant. Mais cette belle impression n'a été que fugace. Les joueurs français sont ensuite retombés dans leurs travers, jouant sur un faux rythme, ne contrôlant pas les rares offensives finlandaises. Rien de mieux en seconde période, jusqu'à l'entrée de Yohan Cabaye, à vingt minutes de la fin, qui a redonné de l'allant aux Bleus. Ou alors était-ce l'équipe finlandaise qui baissait de pied ? A ce moment-là, les Bleus ont réussi de nouveau à percer la défense. Les deux buts inscrits en fin de rencontre sanctionnent cette note finale réussie.

Un Franck Ribéry impérial

S'il n'a pas régné sur le match de bout en bout, l'activité de Franck Ribéry a fait beaucoup de dégâts dans la défense finlandaise. Son premier but, marqué dès la 8e minute d'une frappe magnifique des 20 mètres, permet aux Bleus de se décrisper. Son travail de sape fait le reste en fin de rencontre face à une équipe finlandaise fatiguée. Karim Benzema, buteur en fin de match, ne s'y est pas trompé. "Je salue le travail de Franck, qui me donne deux passes décisives sur mes deux derniers buts", a déclaré l'attaquant du Real Madrid sur TF1.

De bon augure pour les barrages ?

Pas sûr. Le creux traversé par l'équipe de France pendant presque une heure laisse planer le doute sur le vrai niveau de cette équipe. La copie est moins convaincante que contre l'Australie, mais c'était un match de compétition cette fois-ci. Des possibles adversaires de la France en barrage, la Grèce et son profil de hérisson arc-bouté sur son but présente le profil qui peut le plus faire déjouer l'équipe de France. Le Portugal a en Cristiano Ronaldo une individualité capable de donner du mal à une défense toujours fébrile. Reste la Croatie et l'Ukraine, qui conviendraient a priori mieux aux joueurs de Didier Deschamps.