Football. Partir très jeune à l'étranger, un pari risqué

Nicolas Anelka, transféré à Arsenal à l\'âge de 17 ans, est l\'un des rares exemples de transfert précoce réussi.
Nicolas Anelka, transféré à Arsenal à l'âge de 17 ans, est l'un des rares exemples de transfert précoce réussi. (ASPLAND/NEWS INTERNATIONAL/SIPA / SIPA)

Le Caennais M'Baye Niang, 17 ans, a signé mardi 28 août au Milan AC. Un pari risqué, que beaucoup de jeunes footballeurs français, ont perdu avant lui.

FOOT - En signant au Milan AC mardi 28 août, M'Baye Niang, 17 ans, a sans doute réalisé un rêve de gosse, celui d'évoluer dans l'un des grands clubs européens. Pourtant, le pari du jeune Français qui évoluait jusqu'ici à Caen, en Ligue 1 puis en Ligue 2, est risqué.

Si beaucoup de grands espoirs du football français ont cédé très jeunes aux sirènes européennes, peu d'entre eux ont réussi à supporter pression et concurrence pour s'imposer dans leur nouveau club. Certains y ont même enterré leur carrière de footballeur.

Ceux qui se sont imposés

Le (jeune) Nicolas Anelka sous les couleurs d\'Arsenal.
Le (jeune) Nicolas Anelka sous les couleurs d'Arsenal. (NEWS INTERNATIONAL/SIPA / SIPA)

Transféré du PSG à Arsenal à l'âge de 17 ans en février 1997, Nicolas Anelka est l'un des rares footballeurs français à confirmer dans son nouveau club. S'il joue peu les premiers mois, il inscrit six buts en 26 matchs lors de sa première saison complète (1997-1998), puis 17 la saison suivante en 35 matchs. Il découvre alors l'équipe de France et inscrit un doublé contre l'Angleterre à Wembley pour sa 5e sélection. Même si, à la suite de son transfert raté au Real Madrid (2000), sa carrière se complique, son passage à Arsenal reste une réussite. 

Le club d'Arsène Wenger est une destination qui sourit plutôt aux jeunes Français. Gäel Clichy et Abou Diaby suivront avec succès les traces de Nicolas Anelka en 2003 et 2006. Le premier évolue aujourd'hui sous les couleurs du champion d'Angleterre Manchester City, quand le second, malgré de nombreux pépins physiques, est un joueur important du club londonien. Les deux joueurs ont connu leur première sélection en équipe de France alors qu'ils évoluaient à Arsenal.

Charles N'Zogbia et Antoine Griezmann ont également réussi leur transfert. Le premier, passé du Havre à Newcastle en 2004, a évolué cinq saisons sous les couleurs des Magpies, avant de poursuivre sa carrière à Wigan puis Aston Villa (Angleterre, Premier league). Le second n'a même pas fait ses gammes dans un centre de formation français, passant directement de son petit club de Mâcon à la Real Sociedad (Espagne, Liga), où il joue toujours.

Raphaël Varane ne s'est pas encore imposé au Real Madrid. Mais, à 19 ans, le défenseur central fait toujours partie des plans du club et a été appelé en équipe de France pour la première fois cet été par Didier Deschamps. Son entraîneur, José Mourinho, estime que Varane "sera meilleur que Laurent Blanc", le défenseur central champion du monde et d'europe. D'ici quelques saisons, l'ancien Lensois pourrait donc appartenir au club des jeunes Français qui ont réussi à l'étranger.

Ceux qui se sont plantés, mais ont su rebondir

Champions du monde des -17 ans en 2001, Anthony Le Tallec (à gauche) et Florent Sinama-Pongolle n\'ont jamais réussi à s\'imposer à Liverpool.
Champions du monde des -17 ans en 2001, Anthony Le Tallec (à gauche) et Florent Sinama-Pongolle n'ont jamais réussi à s'imposer à Liverpool. (JUAN BARRETO / AFP)

Aujourd'hui, plus personne ne reproche à Patrick Vieira son transfert manqué au Milan AC. Pourtant, en 1995, le jeune joueur de l'AS Cannes se plante dans les grandes largeurs en rejoignant à 19 ans le club lombard. Une demi saison et deux matchs plus tard, il fait à nouveau ses valises, direction Arsenal. Sous la direction d'Arsène Wenger, nommé entraîneur cette année là, il explose et devient le grand joueur que l'on connaît.

Souvent comparé à Patrick Vieira dans le jeu, Alou Diarra a lui aussi connu des débuts difficiles à l'étranger. En 2000, le joueur de Louhans-Cuiseaux (à l'époque en deuxième division) tape dans l'œil des recruteurs du Bayern Munich. Mais le natif de Villepinte ne jouera jamais en Bundesliga. Après deux saisons blanches, il prend la direction de Liverpool, pour un nouvel échec. C'est finalement en Ligue 1, au Havre, à Bastia, Lens, Lyon et surtout Bordeaux que le grand milieu de terrain lance sa carrière. Après un passage à Marseille, il vient de rejoindre le club anglais de West Ham. "La bonne carrière, mais dans le désordre", ironisaient Les Cahiers du football en 2010.

Bien que perché sur les épaules de Thierry Henry, Jérémy Aliadière n\'a jamais réussi à s\'imposer à Arsenal.
Bien que perché sur les épaules de Thierry Henry, Jérémy Aliadière n'a jamais réussi à s'imposer à Arsenal. (ODD ANDERSEN / AFP)

D'autres ont eu moins de réussite. Pensionnaire de l'INF Clairefontaine, la pépinière du football français, Jérémie Aliadière a traversé la Manche à 16 ans pour s'engager avec Arsenal. Mais l'attaquant ne réussira jamais à faire son trou chez les Gunners. Après quelques piges au Celtic Glasgow, West Ham et Middlesbrough, le Français se retrouve sans club en 2010. Une saison plus tard, le FC Lorient lui tend la main. Titulaire contre le PSG le 11 août 2012, il inscrit le second but lorientais après une jolie percée dans la défense parisienne.

Champions du monde avec l'équipe de France des -17 ans en 2001, Florent Sinama-Pongolle et Anthony Le Tallec deviennent instantanément les chouchous des médias et s'offrent même un passage dans Téléfoot. Cousins éloignés, ils jouent avec le même maillot, en club comme en équipe de France. L'histoire est belle, trop belle. Une saison plus tard, la paire quitte le Havre pour Liverpool. Mais, sur les rives de la Mersey, les deux joueurs peinent à confirmer les espoirs placés en eux. Aujourd'hui, le premier évolue au Sporting Portugal et le second à Auxerre. A 27 ans, seul Florent Sinama-Pongolle a porté le maillot de l'équipe de France. Pour un seul et  unique match amical, en octobre 2008.

Malgré leur échec à Manchester United et Chelsea, Gabriel Obertan et Gaël Kakuta devraient rebondir. L'ancien Bordelais évolue aujourd'hui à Newcastle. Gaël Kakuta, dont le transfert peu réglo de Lens à Chelsea avait valu au club anglais une interdiction de recruter d'un an et demi, cherche aujourd'hui à quitter Londres. Il pourrait se relancer à l'Olympique de Marseille, selon L'Equipe.fr.

Ceux qui se sont complétement plantés

Vincent Péricard a mis fin à sa carrière de footballeur à 29 ans.
Vincent Péricard a mis fin à sa carrière de footballeur à 29 ans. (PAUL ELLIS / AFP)

En 2000, deux jeunes joueurs du championnat de France, Vincent Péricard et Stéphane Biakolo, s'envolent pour la Juventus de Turin et l'Inter Milan, deux clubs prestigieux du Calcio italien. Douze ans plus tard, le premier a mis un terme à sa carrière prématurément, après quelques passages dans des clubs anglais de seconde zone comme Portsmouth, Sheffield United ou Stoke City. Le second, après quatre ans passés sous les couleurs de Martigues (Championnat de France amateur) vient d'arriver dans le club du championnat réunionnais AS Possession.

Ces deux cas sont loin d'être isolés. Mourad Meghni (Bologne), Grégory Vignal (Liverpool), Carl Medjani (Liverpool)... Vous ne vous souvenez sans doute pas de leurs noms, mais ces joueurs faisaient partie à une époque des grands espoirs du championnat de France, relevait en 2011 le site spécialisé footmercato.fr. Espérons que le nouveau Rossoneri M'Baye Niang ne rejoindra pas cette liste dans quelques années.

Vous êtes à nouveau en ligne