"Personne ne comprendrait" que des grèves perturbent l'Euro 2016, prévient François Hollande

François Hollande au palais de l\'Elysée, à Paris, le 3 juin 2016.
François Hollande au palais de l'Elysée, à Paris, le 3 juin 2016. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le chef de l'Etat a implicitement appelé à l'arrêt des grèves à la SNCF et à Air France, avant le début de la compétition.

François Hollande s'est inquiété, dimanche 5 juin, que d'éventuelles grèves pertubent l'Euro 2016. "Personne ne comprendrait que les trains ou les avions (...) puissent empêcher le bon déroulement, non pas de la compétition - elle n'a rien à craindre - mais le bon déroulement du déplacement des spectateurs", a déclaré le chef de l'Etat sur France Inter, à cinq jours du coup d'envoi. "Je souhaite que [le conflit social] soit réglé", a-t-il insisté,appelant implicitement à un arrêt des grèves à la SNCF ou à Air France.

La menace contre l'Euro "existe"

François Hollande a également estimé que la menace contre la sécurité de l'Euro "existe" et "vaut pour un temps qui sera long". "Il faut que l'on prenne toutes les garanties pour que cet Euro 2016 soit réussi, a-t-il ajouté. Pour cela, il faut y mettre les moyens : il y a 90 000 personnes affectées à la sécurité." Le chef de l'Etat a assuré avoir "mis tous les moyens" en oeuvre pour "faire en sorte que ce soit une fête européenne, populaire et sportive".

Vous êtes à nouveau en ligne