Marseille : des supporters sous surveillance de policiers en civil

France 2

Les incidents entre supporters à Marseille avaient été anticipés eu égard aux événements ayant eu lieu en 1998 lors de la Coupe du monde. Des policiers français étaient épaulés de confrères anglais, mais cela n'a pas été suffisant.

Au milieu des supporters, eux passent presque inaperçus. Philippe et ses deux homologues britanniques sont des policiers spécialistes du hooliganisme. On les appelle des "spotters". "On essaie d'identifier à quel club appartiennent les supporters qui jettent des bouteilles sur les immeubles mais surtout ceux qui créent des incidents habituellement en Angleterre", explique le policier français.

Plus de 1 000 policiers et 300 CRS à Marseille

De multiples incidents qui ne tardent pas à émailler l'après-midi. Les policiers viennent d'interrompre une bagarre. "Tous les supporters qui sont agressés ou interpellés dans une bagarre sont identifiés et répertoriés ensuite. Si l'individu recrée un incident, il est fiché et ils s'occuperont de lui en Angleterre", assure Philippe. Éviter au maximum les affrontements entre supporters en faisant en sorte que les Anglais et les Russes se croisent le moins possible, voilà la stratégie des autorités. La présence policière est partout. Plus de 1 000  policiers, plus de 300 CRS en renfort. Ce soir, les autorités marseillaises sont sur les dents pour éviter les débordements après-match.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne