Euro 2016 : la Pologne bat la Suisse aux tirs au but (1-1, 5-4 t.a.b.) et se qualifie pour les quarts de finale

Le défenseur polonais  Artur Jedrzejczyk, célébrant la victoire de son équipe en huitième de finale de l\'Euro contre la Suisse, le 25 juin 2016 à Saint-Etienne (Loire).
Le défenseur polonais  Artur Jedrzejczyk, célébrant la victoire de son équipe en huitième de finale de l'Euro contre la Suisse, le 25 juin 2016 à Saint-Etienne (Loire). (MARTIN BUREAU / AFP)

Les Polonais ont longtemps mené au score, avant d'être rejoints en fin de seconde période, puis de s'imposer aux tirs au but.

L'équipe nationale de Pologne est la première équipe qualifiée pour les quarts de finale de l'Euro 2016, grâce à sa victoire sur la Suisse, au bout d'un match haletant qui s'est terminé lors de la séance des tirs au but, samedi 25 juin à Saint-Etienne (Loire). Les coéquipiers de Robert Lewandowski ont inscrit le premier but du match à la 39e minute sur un tir plein de sang froid de Jakub Blaszczykowski. Les Suisses ont égalisé en fin de seconde période sur un ciseau superbe de Xherdan Shaqiri, mais les Polonais ont fait la décision lors de la séance des tirs au but, remportée 5 tirs à 4.

Francetv info revient sur les trois points à retenir de ce match.

Les Polonais sont de sérieux outsiders

Lors de la phase de qualification pour l'Euro 2016, la Pologne a terminé meilleure attaque tout groupe confondu. Une performance que l'on attribuait d'abord à la présence de Gibraltar dans son groupe, mais la phase finale en France confirme que les Polonais font partie des nations sur lesquelles il faudra compter. Ils ont d'abord montré, pendant plus de 80 minutes, que leur défense est une des meilleures de l'Euro, résistant aux incessants assauts suisses. Et côté attaque, même si c'est le secteur qui pêche depuis quinze jours, ils ont quand même fait mieux que les Français : les Bleus n'avaient pas réussi, eux, à faire sauter le verrou helvète lors du match nul 0-0 concédé le 19 juin.

L'autre avantage des Polonais est leur présence dans la partie de tableau la plus ouverte, où ils pourraient rencontrer la Croatie ou le Portugal en quart de finale, puis potentiellement la Belgique ou le Pays de Galles en demi-finale.

Fabianski, le remplaçant de luxe

Il ne doit sa titularisation dans les buts polonais qu'au forfait de l'habituel titulaire Wojciech Szczesny, blessé lors du premier match de poule contre l'Iralnde du Nord. Mais lors de cette qualification historique de la Pologne pour les quarts de finale, Lukasz Fabianski a prouvé qu'il était plus qu'une doublure. Décisif à plusieurs moments très chauds, notamment en fin de match quand les Suisses ont pris d'assaut le but polonais, le gardien de Swansea City est resté impeccable, ne s'inclinant que sur un geste génial de Shaqiri. Il a même pu compter sur sa bonne étoile, lui qui a été sauvé par sa barre transversale à la 79e minute. Avec un tel portier, les Polonais peuvent rêver de succès.

Lukasz Fabianski, le gardien polonais, arrêtant le tir du Suisse Eren Derdiyok, d\'un incroyable arrêt réflexe, samedi 25 juin à Saint-Etienne (Loire).
Lukasz Fabianski, le gardien polonais, arrêtant le tir du Suisse Eren Derdiyok, d'un incroyable arrêt réflexe, samedi 25 juin à Saint-Etienne (Loire). (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Le bijou de Shaqiri

Heureux d'être sortie deuxième du groupe A, grâce à une victoire à l'arrachée et deux matchs nuls très tristes, les supporters suisses comptaient sur la pression de la phase éliminatoire pour que leur équipe retrouve un jeu plus offensif et plus plaisant. on attendait au tournant leurs stars, Xherdan Shaquiri et Granit Xhaka, assez discrètes depuis quinze jours. Le premier nommé a répondu aux attentes sur un coup de génie dont il a le secret, un ciseau fantastique effectué sur la ligne des 16 mètres, le ballon pénétrant dans le but polonais avec l'aide du poteau gauche.

Le geste imparable de Xherdan Shaqiri. Le plus beau but de l\'Euro ?
Le geste imparable de Xherdan Shaqiri. Le plus beau but de l'Euro ? (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Granit Xhaka, lui, a plutôt déçu. C'est d'ailleurs lui qui, en ratant son tir au but, a empêché les Suisses de réaliser un exploit historique, à savoir se qualifier pour la première fois pour un quart de finale d'une grande compétition depuis 1954.