Euro 2016 : à Lille, "ils ont balancé les chaises et latté tous ceux qu'ils croisaient"

Un homme masqué dans les rues de Lille (Nord), avant la rencontre entre l\'Allemagne et l\'Ukraine, dimanche 12 juin 2016.
Un homme masqué dans les rues de Lille (Nord), avant la rencontre entre l'Allemagne et l'Ukraine, dimanche 12 juin 2016. (MAXPPP)

Contacté par francetv info, un cafetier décrit une action menée par plusieurs individus près de la Grand'Place, aussi rapide que violente.

Un groupe d'invidus a agressé plusieurs supporters, réunis dans des cafés d'une rue de Lille (Nord), dimanche 12 juin, avant la rencontre entre l'Allemagne et l'Ukraine, dans le cadre de l'Euro de football. Contacté par francetv info, un cafetier raconte la scène : "Les Allemands et les Ukrainiens étaient là, dans une ambiance bon enfant. Ils s'amusaient, tout allait bien."

Un peu plus loin, vers 17h30, un groupe d'une trentaine d'individus se trouve à l'écart, sur la Grand'Place. "Certains étaient torse nu, d'autres masqués par des foulards ou des masques de tissu", précise le gérant de l'établissement. "D'un coup, ils sont arrivés en courant dans la rue. En 20 secondes, ils ont arraché les drapeaux, balancé les tables et les chaises dans les terrasses et latté tous les gens qu'ils croisaient." Les incidents ont eu lieu entre la place du général de Gaulle et la place Rihour.

"J'ai deux personnes avec des ecchymoses, résume ce témoin. Ma terrasse était pleine ; il ne reste plus que quatre clients." Selon le coordinateur des supporters allemands, cité par l'agence sportive allemande SID, "la police allemande a mis beaucoup de temps à se rendre maître de la situation". Des policiers allemands sont en effet présents à Lille pour prêter main forte à leurs collègues français. Une vidéo a été filmée par un témoin de la scène.

Contactée par francetv info, la préfecture du Nord précise qu'il n'y a pas eu d'interpellation. Elle confirme que "deux personnes ont été légèrement blessées mais [qu'elles] ont refusé d’être prises en charge par les services de secours." Par ailleurs, 25 personnes ont été interdites d'entrée en France à la frontière belge, dans le cadre des contrôles organisés à la frontière. Elles étaient "défavorablement connues des services de police français ou étrangers".