EN IMAGES. Pour les supporters, l'Euro 2016, c'est aussi des larmes

Sur les 24 équipes engagées dans la compétition, il n'en reste plus que deux encore en course. Ça fait forcément beaucoup de supporters repartis de France en pleurs.

Depuis le début de l'Euro 2016, les scènes de supporters en liesse, célébrant la victoire de leur équipe tout en maquillage, en drapeaux et en chansons, ont envahi les écrans. Cette vision des stades s'avère en réalité réductrice car lorsqu'il y a des vainqueurs, il y a forcément des vaincus, au maquillage effacé par les larmes. De nombreux contingents de fans sont ainsi repartis de France les yeux embués. Et que dire des supporters des Bleus après la défaite de la sélection nationale face au Portugal en finale, dimanche 10 juillet ? 

Francetv info revient en images sur la déception de ces supporters forcés de ravaler leurs rêves de victoire.

120
Une supportrice française a bien du mal à cacher son désarroi après la défaite des Bleus en finale de l'Euro, dans la "fan zone" de Bordeaux, le 10 juillet 2016.  NICOLAS TUCAT / AFP
220
Un Français effondré après la défaite en finale de son équipe face au Portugal, le 10 juillet 2016 à Lens (Pas-de-Calais). MAXPPP
320
Pas de larmes pour ce supporter du Pays-de-Galles après la défaite de son équipe face aux Portugais, mercredi 6 juillet, mais un gros, gros, gros coup de barre après le superbe parcours des coéquipers de Gareth Bale.  REUTERS
420
Eliminés en quart de finale par le pays de Galles, ces Belges sont aussi tristes qu'incrédules devant la défaite 3-1 des Diables Rouges, le 1er juillet à Lille (Nord). REUTERS
520
Toute la détresse de la Hongrie, balayée 4-0 par la Belgique en huitième de finale, se lit dans les yeux de cette supportrice dépitée. MARTIN MEISSNER / AP / SIPA
620
Grâce à ce Polonais très déçu, on sait enfin à quoi servent vraiment les écharpes de supporters. THANASSIS STAVRAKIS / AP / SIPA
720
Un seul geste suffit à cet Italien pour montrer sa déception de voir la Nazionale être écartée par l'Allemagne en quart de finale. MICHAEL PROBST / AP / SIPA
820
Champions d'Europe en titre, les Espagnols vont avoir besoin de consolation pour oublier leur élimination par l'Italie en huitième de finale. CHRISTOPHE SAIDI / SIPA
920
On ne sait pas si ces Autrichiens sont en fait rouges de honte, après le piteux parcours de leur équipe pendant l'Euro. Mais leur tristesse, elle, est bien palpable. TOBIAS SCHWARZ / AFP
1020
Quand on est aux bords des larmes, à l'image de ces trois Italiens défaits, on regarde n'importe où mais surtout pas sur le terrain où les adversaires, en l'occurence les Allemands, célèbrent leur victoire. MICHAEL ZEMANEK / BACKPAGE IMAGES LTD / AFP
1120
Evidemment, quand ils ne sont pas barrés d'un large sourire, les beaux maquillages paraissent tout de suite moins flamboyants, comme chez ce supporter slovaque boudeur. BEN QUEENBOROUGH / BACKPAGE IMAGES LTD / AFP
1220
Malgré toute la sympathie suscitée par les Islandais dans cet Euro, la mine de ce petit Anglais fait quand même peine à voir. PAUL ELLIS / AFP
1320
Les grands déçus, comme cet Espagnol pensif, doivent se dire que c'est dans la défaite que l'on trouve les racines des futures victoires. REUTERS
1420
Matchs après matchs, l'ambition des Islandais n'a cessé de croître. Du coup, certains sont tombés de haut lors de leur lourde défaite contre la France en quart de finale. ALEXEY FILIPPOV / SPUTNIK
1520
Au stade ou ailleurs, comme ici avec ces Suédoises dans la fan zone de Paris, les perdants sont facilement reconnaissables à leurs regards perdus et leurs yeux larmoyants. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
1620
On sent chez ce Croate toute la détresse intérieure prête à exploser après l'élimination de son équipe par le Portugal, lors d'un huitième de finale qualifié, à juste titre, de "pire match de l'Euro". BEN QUEENBOROUGH / BACKPAGE IMAGES LTD / AFP
1720
A l'image de ce supporter turc lors de la défaite 3-0 de son équipe contre l'Espagne, le supporter déçu pense rapidement à tous les sacrifices qu'il a fait pour finalement assister à une telle déroute. EDDIE KEOGH / REUTERS
1820
La victoire, c'est quelque chose qu'on célèbre ensemble. La défaite, comme celle subie par les Suédois contre la Belgique le 22 juin, on la vit souvent seul. FEDERICO GAMBARINI / DPA / AFP
1920
Cet Anglais, photographié lors du terrible Angleterre-Islande du lundi 27 juin, se dit qu'il va devoir attendre le Mondial 2018 pour voir l'Angleterre se racheter. Une attente longue et douloureuse en perspective. REUTERS
2020
Pleurer pendant l'Euro, c'est aussi parfois pleurer de joie. Cette supportrice islandaise n'a ainsi pas pu retenir ses larmes au moment d'acclamer les joueurs de l'équipe nationale, accueillis en héros le 4 juillet lors de leur retour à Reykjavik (Islande). ALEXEY FILIPPOV / SPUTNIK / AFP
Vous êtes à nouveau en ligne