Euro 2016 : nouveaux débordements de supporters anglais à Lille

(Des supporters anglais dans les rues de Lille le 15 juin 2016 © MAXPPP)

Les CRS ont dû intervenir mercredi soir dans les rues de Lille pour calmer des supporters, très alcoolisés, de l'équipe d'Angleterre. Au total, 36 personnes ont été interpellées et 16 hospitalisées.

Soirée très mouvementée mercredi soir à Lille. Supporters russes et britanniques se sont retrouvés, quatre jours après les violences de samedi à Marseille. Les uns étaient présents pour le match Russie-Slovaquie joué mercredi, au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d'Ascq. Les Anglais eux faisaient la fête à la veille du match Angleterre-Pays de Galles, au stade Bollaert à

Lens.

Une fête arrosée qui a vite dégénéré

Dès la fin d'après-midi, les supporters anglais se sont réunis en groupe très imposants, plutôt agressifs et particulièrement alcoolisés malgré l'interdiction de vente d'alcool à emporter. Jusqu'à 200 personnes, qui ont investi des bars, entonné des chants et allumé des fumigènes et des pétards.

"Ils ont consommé trop d'alcool dans le bar, a  raconté Lina, serveuse dans l'un des seuls établissement du centre-ville encore ouvert, et quand on les a plus servi, ça a dégénéré. (...) On a dû appeler les CRS!". Les forces de l'ordre ont dû intervenir, charger et lancer des gaz lacrymogènes près de la Grand-Place après 22h, indique un communiqué de la préfecture.

Dans la rue quelques bagarres furtives éclatent entre hooligans russes et anglais. Des affrontements bien moins violents que ceux de la semaine précédente à Marseille, les hooligans russes étaient moins présents et éteints par leur défaite 2-1 contre la Slovaquie. En fin de soirée, près de 16.000 personnes ont aussi afflué dans les rues, après avoir assisté au match France-Albanie dans la fan-zone.

36 interpellations, 16 hospitalisations

Au total, après minuit, ce sont plus de 36 personnes qui ont été interpellées.16 personnes ont dû être hospitalisées. Pour beaucoup de supporters anglais, la réaction des CRS a été démesurée. "Ici en France, les policiers arrivent avec des bâtons et te repoussent, s'agace Marc. Ce n'est pas la bonne technique à adopter avec les fans, surtout les Anglais. Il faut leur parler, leur demander de partir et là ils le font."

A Lille, le reportage d'Alice Serrano
--'--
--'--
Vous êtes à nouveau en ligne