Euro 2016 : dix comparutions immédiates après les violences à Marseille

(Les premières comparutions en justice après les affrontements de samedi à Marseille sont prévues dès ce lundi après-midi © MaxPPP)

Six Britanniques, un Autrichien et trois Français seront jugés dès ce lundi après-midi en correctionnelle, après les violences de samedi a indiqué le procureur de Marseille.

Des incidents ont pris la tournure de grandes violences entre des supporters de plusieurs nationalités en marge du match Angleterre-Russie samedi à Marseille. La moitié des personnes arrêtées sera jugée en comparution immédiate dans les prochaines heures. Il s'agit de six Britanniques, d'un Autrichien et de trois Français. Aucun hooligan russe ne figure dans le groupe des interpellations selon le procureur de Marseille, Brice Robin.

A LIRE AUSSI ►►►Euro 2016 : violences entre supporters à Marseille, un homme entre la vie et la mort

Les hooligans russes dans la nature

Pour "violences avec arme par destination" sur d'autres supporters ou sur des policiers, le parquet de Marseille va demander l'incarcération de chacune des dix personnes. Il va aussi demander des interdictions de stade pour les Français, et des interdictions du territoire national pour les étrangers. 20 personnes, selon le procureur de Marseille, ont été placées en garde à vue depuis le début des incidents jeudi à Marseille. Pour le moment, aucun des 100 à 150 hooligans russes "extrêmement entraînés et violents" qui ont participé à ces scènes de "guérilla urbaine" n'a pu être interpellé, a précisé le procureur.

A LIRE AUSSI ►►►Expliquez-nous... les hooligans russes

"Ils sont venus pour en découdre et ils sont réputés comme hooligans dans leur pays" a déclaré Brice Robin. Ils sont commis leurs actes "avec une rapidité, une vélocité qui est la caractéristique de leurs exactions" a également précisé le procureur pour expliquer l'absence d'interpellation de Russes. 

"Ils sont venus pour se battre" : Brice Robin, procureur de Marseille à propos des hooligans russes
--'--
--'--

L'alcool en ligne de mire

Les violences de samedi ont conduit le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à prendre des mesures concernant la vente d'alcool dans les villes accueillant des matchs de l'Euro 2016. A Toulouse, la mesure est appliquée dès ce lundi en centre-ville.

Bien qu'il n'y ait eu aucun incident sérieux dans le Rhône, le préfet de ce département a également pris un arrêté ce lundi, visant la vente d'alcool à emporter dans 59 communes de l'agglomération lyonnaise, alors qu'est programmé à 21h le match entre la Belgique et l'Italie.