Euro 2012 : les Bleus foudroient l'Ukraine (2-0)

Des supporters français s\'embrassent pendant l\'interruption du match Ukraine-France due à un gros orage, le 15 juin 2012 à Donetsk (Ukraine). 
Des supporters français s'embrassent pendant l'interruption du match Ukraine-France due à un gros orage, le 15 juin 2012 à Donetsk (Ukraine).  ( MICHAEL BUHOLZER / REUTERS)

Les Bleus ont fait la différence en seconde période, par Menez et Cabaye (2-0). La partie a aussi été marquée par un gros orage, qui a entraîné une interruption de 45 minutes. 

Les Bleus ont fait la différence contre l'Ukraine (2-0) en seconde période, par Menez et Cabaye, vendredi 15 juin, en match de poule de l'Euro à Donetsk (Ukraine). La partie a aussi été marquée par un gros orage, qui a entraîné une interruption de 45 minutes. Les Bleus prennent la tête du groupe D en attendant le résultat du match Angleterre-Suède. On résume le match façon j'aime/j'aime pas. 

On a aimé :
- la grosse prestation du milieu de terrain français, qui a bien su varier les phases d'attaque et couvrir la défense. Ce n'est pas un hasard si ce sont deux milieux, Jérémy Menez et Yohan Cabaye, qui ont marqué. 
- la bonne prestation de Karim Benzema, qui a joué hors de la surface pendant la plus grande partie de la rencontre, mais à bon escient. L'attaquant du Real Madrid termine avec deux passes décisives au compteur, mais pas de but. 
- le terrible orage qui s'est abattu sur la pelouse juste après le coup d'envoi a été remarquablement maîtrisé par les jardiniers et les supporters (la preuve, ces supporters français pas du tout dérangés par l'averse). Quarante-cinq minutes d'interruption plus tard, le match a pu reprendre. 
- la joie de jouer des Français, à l'image de cette phrase d'Hugo Lloris sur RTL"C'est important de monter en puissance, on s'est lâché et ça donne beaucoup de plaisir à la fin du match."
- la France a brisé deux malédictions qui pesaient sur elle : elle n'avait jamais gagné de match à l'Euro sans Platini et Zidane, et elle n'avait jamais battu un pays organisateur de grande compétition sur son sol. C'est désormais chose faite. 

Un supporter ukrainien, effondré, après la défaite de son pays contre la France, le 15 juin 2012. 
Un supporter ukrainien, effondré, après la défaite de son pays contre la France, le 15 juin 2012.  (FRANCK FIFE / AFP)

On n'a pas aimé :
- les cartons jaunes bêtement concédés par les Français en fin de match. Mexès et Debuchy ont été avertis pour des fautes évitables. Ces cartons pourraient peser lourd si ces joueurs devaient être suspendus pour un match à élimination directe. 
- la défense française a encore montré des signes de fébrilité, surtout en première période. Adil Rami n'a pas été rassurant, Mathieu Debuchy et Gaël Clichy sont partis à l'abordage avant de se faire recadrer à la pause. 
- le manque de réalisme de Jérémy Menez, qui a manqué trois énormes occasions avant de marquer.


Ce qui nous attend :
Avec cette victoire, les Français entrevoient les quarts de finale. Reste désormais à finir à la première place pour éviter l'ogre espagnol...

Les chances de non-qualification de l'équipe de France pour les quarts de finale sont désormais minces :si elle gagne ou fait match nul contre la Suède mardi prochain, elle sera qualifiée. Si elle s'incline, elle validera tout de même son ticket pour les quarts si l'Angleterre l'emporte ou fait match nul contre l'Ukraine. Dans le second cas, elle se trouverait à égalité de points avec les Ukrainiens (4 points) mais passerait devant puisque qu'elle a remporté leur rencontre directe.

 Si la France perd et que dans le même temps, c'est l'Ukraine qui gagne contre les Anglais, elle se retrouvera alors à égalité avec ces derniers, et en concurrence direct pour la 2e place qualificative du groupe. Tout se jouerait alors à la différence de buts, puis, si égalité, au plus grand nombre de buts marqués (puis au classement de l'UEFA, puis au fair play, comme l'indique cette circulaire de l'UEFA).

Vous êtes à nouveau en ligne