VIDEO. Un jour, un joueur : une quatrième coupe du Monde pour le sélectionneur Oscar Tabarez

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

À 71 ans, le sélectionneur uruguayen, Oscar Tabarez, est aujourd’hui celui qui a le plus dirigé de matches internationaux.

On a tendance à l’oublier : l’Uruguay compte deux titres de champion du monde et deux titres olympiques… des moments de gloire qui remontent à la première moitié du XXe siècle. Pendant longtemps, la sélection sud-américaine a connu quelques hauts et beaucoup de bas. Mais depuis une décennie, là voilà revenue sur le devant de la scène grâce à son sélectionneur : Oscar Tabarez, 71 ans. Il est aujourd’hui celui qui a le plus dirigé de matches internationaux (183 à ce jour). Et il a imposé au football uruguayen une véritable révolution culturelle.

El Maestro au chevet d'une équipe moribonde

Une première fois sélectionneur à la fin des années 1980, Oscar Tabarez est rappelé en 2006 au chevet d’une équipe malade : la Celeste n’est même pas qualifiée pour le Mondial allemand… tout est à reconstruire. El Maestro, son surnom en référence à son ancien métier, maître d’école, inculque un nouvel état d’esprit à ses joueurs : la "Garra Charrúa" en version originale… une force mentale de tous les instants… un terme qui renvoie à l’histoire de ce petit pays de l’Amérique du Sud, coincé entre le Brésil et l’Argentine. Les Charruas étaient des Indiens, les premiers habitants de ce territoire, exterminés par les colons. Et comme des années 1920 aux années 1950, cela marche : Oscar Tabarez emmène ses joueurs à la 4ème place du Mondial en 2010 et remporte la Copa America en 2011. De réelles performances pour un pays de moins de quatre millions d’habitants.

Oscar Tabarez participe à sa quatrième Coupe du monde en tant que sélectionneur de la Celeste. Il l’a qualifiée pour la troisième fois de suite en huitième de finale. Ce sera samedi contre le Portugal, avec une grande efficacité : l’Uruguay est la seule équipe à n’avoir encaissé aucun but dans ce début de compétition. Grand passionné de foot et de son pays auquel il ne rate pas une occasion de déclarer son amour en conférence de presse, Tabarez est atteint depuis plusieurs années de neuropathie, une maladie qui l’oblige à se déplacer en fauteuil et en béquilles sur le bord du terrain. Pas de quoi le faire flancher, comme s’il incarnait à lui tout seul la "Garra Charrúa".