VIDEO. Mondial-2018 : à Comines la Française et Comines-Warneton la Belge, "que le meilleur gagne" mais "qu'on reste solidaires"

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

À Comines, à la frontière franco-belge, habitants et élus se préparent à la demi-finale entre la France et la Belgique dans une ambiance bon enfant.

Esprit sportif mardi 10 juillet, à quelques heures de la demi-finale France-Belgique de la Coupe du monde, sur le pont qui relie Comines, ville française du département du Nord, et sa jumelle Comines-Warneton, en Belgique. Jean-Claude Monroger, adjoint aux Sports de la première, et Marie-Eve Desbuquoit, bourgmestre de la seconde, étaient invités de la matinale de franceinfo. "Que le meilleur gagne", a encouragé la bourgmestre, "et qu'on reste vraiment solidaires."

>> DIRECT. Coupe du monde : c'est le jour J ! Dans quelques heures, la France affronte la Belgique pour une place en finale 

Les deux villes partagent un pont, et la passion du sport, "365 jours par an", et "de manière très solidaire entre nos deux villes frontalières", s'est réjouie Marie-Eve Desbuquoit. Jusqu'à présent, elle a organisé les retransmissions sur écran géant des matchs de la Belgique. "On a été ravis d'accueillir nos amis frontaliers français", a-t-elle indiqué sur franceinfo. Mais aucune retransmission n'est prévue ce mardi soir car le marché couvert utilisé n'a pas la capacité pour accueillir l'afflux de spectateurs des deux pays que susciterait le match. "Pour éviter les débordements, il était beaucoup plus sage d'interrompre la retransmission", a expliqué la bourgmestre, qui a indiqué qu'elle reprendra pour la finale "si la Belgique gagne".

Interrogé pour savoir qui gagne d'habitude lors de rencontres entre le club de foot du côté belge de Comines et le club de foot français, Jean-Claude Monroger se veut taquin. "Je vais dire français, parce que je vais être chauvin", s'amuse l'élu, avant d'insister lui aussi sur les liens forts entre chaque côté de la frontière : "Le président de notre club français habite en Belgique... C'est vous dire à quel point nous partageons tout !"

Vous êtes à nouveau en ligne