VIDEO. Coupe du monde : "On ne va pas faire les vieux combattants", affirme Didier Deschamps

FFF / FRANCE 2

Le sélectionneur des Bleus ne voit pas l'intérêt de rappeler à ses joueurs les antagonismes historiques qui existent entre la France et l'Allemagne.

Didier Deschamps n'invoquera pas l'histoire auprès de ses joueurs. Interrogé par la presse mardi 1er juillet au sujet de la rivalité qui oppose la France et l'Allemagne en Coupe du monde avant le quart de finale qui doit se disputer vendredi 4 juillet, le sélectionneur a balayé l'idée d'accès sa préparation sur une revanche. 

La France n'a, en effet, plus affronté la Mannschaft dans une phase finale depuis la demi-finale de la Coupe du monde en 1986 au Mexique, où Michel Platini et ses coéquipiers s'étaient inclinés 2-0. Un échec qui suivait celui plus douloureux encore du Mondial espagnol de 1982, où les Bleus s'étaient inclinés en demi-finale aux tirs au but (3-3) après la sortie sur blessure de Patrick Battiston, qui avait été violemment percuté par le gardien allemand Harald Schumacher, surnommé depuis le "boucher de Séville".

"On ne va pas faire les vieux combattants non plus"

Pas de quoi surmotiver les Tricolores d'aujourd'hui, selon Didier Deschamps. "Ils n'étaient pas nés, je vais leur parler de quoi ? s'est-il agacé. On ne va pas faire les vieux combattants non plus, ce qui est important, c'est aujourd'hui et vendredi."

Un avis partagé par le sélectionneur allemand. "Allemagne-France de 1982, ça ne joue aucun rôle dans nos discussions, les joueurs n'étaient même pas nés. Ils ne veulent même pas en parler, explique-t-il. Récemment, on a rencontré la France, on a joué à Paris en 2013 et à Brême un an avant, voilà des matches qui peuvent jouer un rôle dans l'analyse."

Vous êtes à nouveau en ligne