Les Bleus accrochés par le Paraguay (1-1) en match de préparation au Mondial

L\'attaquant de l\'équipe de France Olivier Giroud lors du match face au Paraguay, dimanche 1er juin à Nice (Alpes-Maritimes).
L'attaquant de l'équipe de France Olivier Giroud lors du match face au Paraguay, dimanche 1er juin à Nice (Alpes-Maritimes). (FRANCK FIFE / AFP)

Les hommes de Didier Deschamps se sont créés beaucoup d'occasions, mais ont eu toutes les peines du monde à marquer.

L'équipe de France a concédé un match nul contre le Paraguay (1-1) en match amical de préparation à la Coupe du monde, dimanche 1er juin, à Nice. Les Français ont ouvert le score à la 82e minute sur une frappe de loin d'Antoine Griezmann, avant de céder en fin de match sur une tête de Caceres sur coup franc. Que retenir de cette rencontre ? 

Des Bleus pas si convaincants

La démonstration face à une Norvège joueuse et juvénile était trompeuse. Les Bleus n'ont pas l'attaque pour gagner tous leurs matchs avec une marge confortable. "On ne va pas gagner tous les matchs 4-0, s'est défendu Didier Deschamps à l'issue de la rencontre, sur TF1. On savait qu'on allait avoir un adversaire apte à beaucoup défendre. On a fait de bonnes choses, mais on n'est pas encore au maximum."  Si les Paraguayens bénéficient d'une réputation flatteuse en terme de rigueur défensive, ils n'en ont pas fait étalage à Nice. Aidés par un gardien adverse fébrile et une défense maladroite, les Bleus se sont procurés énormément d'occasions sans marquer. Symbole de cette inefficacité : Olivier Giroud, souverain dans les airs, qui n'a cadré que deux tirs. Les Bleus finissent la rencontre avec 19 tirs au but, contre 7 à leurs adversaires. Et un score de parité au tableau d'affichage. 

L'incertitude Ribéry

La star de la soirée n'était pas sur la pelouse, mais sur le banc. Franck Ribéry, qui souffre de douleurs chroniques au dos, est incertain pour le Mondial. Cette fois, il était sûr de ne pas jouer - pour preuve, il avait même gardé sa montre. L'objectif de Deschamps est qu'il joue dimanche 8 juin contre la Jamaïque, ultime match de préparation. Sans ce dynamiteur de défense, Didier Deschamps a testé deux options : d'abord Loïc Rémy, intéressant dans les appels en profondeur, mais qui s'est progressivement éteint. Puis Antoine Griezmann, en nets progrès, auteur d'un but et d'une bonne entrée. L'intéressé a fait acte de candidature sur TF1 à la fin du match : "Ribéry, il sera là pour la Coupe du monde. S'il faut jouer, je suis à disposition pour jouer à ce poste".

La défense pas si sûre

La défense française était l'une des certitudes de Didier Deschamps : elle n'avait plus encaissé de but à domicile depuis le match perdu face à l'Espagne, en mars 2013. Contre la Norvège, et surtout contre le Paraguay, l'arrière-garde bleue a affiché des faiblesses. Certes, Raphaël Varane, qui devrait être titulaire, ne jouait pas, mais Hugo Lloris a encaissé un but évitable en fin de rencontre, provoqué par une faute de marquage de sa défense. Les arrières latéraux, Patrice Evra et Bacary Sagna, ont parfois été pris de vitesse par leurs vis-à-vis. Il y a encore du travail pour aller loin en Coupe du monde. 

Vous êtes à nouveau en ligne