Coupe du monde : la foule se presse déjà devant l'Hôtel de Ville à Paris pour assister à la demi-finale des Bleus contre la Belgique

Des supporters français célèbrent la victore de la France lors du quart de finale face à l\'Uruguay, le 6 juillet 2018, à Nijni Novgorod (Russie). 
Des supporters français célèbrent la victore de la France lors du quart de finale face à l'Uruguay, le 6 juillet 2018, à Nijni Novgorod (Russie).  (MAXPPP)

La France affronte la Belgique pour une place en finale du Mondial, mardi à 20 heures, à Saint-Pétersbourg (Russie).

C'est le jour J. Pour la troisième fois de leur histoire, après 1998 et 2006, les Bleus vont tenter de se hisser en finale de la Coupe du monde, mardi 10 juillet. Le coup d'envoi est donné à 20 heures (heure de Paris) contre les Diables rouges sur la pelouse du stade de Saint-Pétersbourg (Russie). Contre la Belgique d'Eden Hazard, accompagnée en coulisses par Thierry Henry, le choc aura une saveur toute particulière, tant ces deux nations se connaissent. 

>> Ecoutez et suivez France-Belgique dans notre direct

La solide attaque belge. Les Diables rouges arrivent à Saint-Pétersbourg en pleine confiance. Ils ont sauvé leur peau en 8e de finale en renversant sur le fil le Japon (3-2), et surtout, ils ont éliminé le grand favori du tournoi, le Brésil de Neymar (2-1), qui n'a pas réussi à tromper la vigilance du grand gardien Thibaut Courtois en quart.

Un parcours tricolore réussi. La France n'est pas en reste. Elle a sorti l'Argentine de Lionel Messi (4-3) grâce à un éblouissant Kylian Mbappé, auteur d'un doublé et d'une folle chevauchée pour obtenir un penalty transformé par Antoine Griezmann. Elle a éteint avec autorité l'Uruguay de Luis Suarez d'un 2-0 tout en maîtrise et s'appuie tout au long de la compétition sur un infatigable milieu de terrain défensif, N'Golo Kanté.

 Retrouvailles entre amis. Plus que de simples voisins, des amis de 20 ans et des partenaires en club : le choc France-Belgique verra notamment Thierry Henry affronter son ancien capitaine, Didier Deschamps. 

Vous êtes à nouveau en ligne