Algérie-Allemagne : soirée "globalement calme", de brefs incidents à Lyon

Des supporters de l\'équipe d\'Algérie, à Paris, le 30 juin 2014. 
Des supporters de l'équipe d'Algérie, à Paris, le 30 juin 2014.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Selon le ministère de l'Intérieur, 29 personnes ont été interpellées après le match Algérie-Allemagne sur l'ensemble du pays. Par ailleurs, à Lyon, 65 militants d'extrême droite ont été interpellés après la rencontre France-Nigeria.

L'élimination de l'Algérie de la Coupe du monde, dans la soirée du lundi 30 juin, a été globalement accueillie dans le calme. De légers incidents ont été signalés à Lyon, en dépit d'un déploiement massif de policiers et gendarmes dans les grandes villes. Vingt-neuf personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi à mardi sur l'ensemble de la France.

"Le match de l'Algérie n'a pas donné lieu à une flambée de violence comme certains le redoutaient ou le prédisaient", explique le porte-parole du ministère de l'Intérieur. Selon lui, la "nuit a été globalement calme et ce grâce, notamment, à la mise en place de dispositifs adaptés""Il y a eu 29 interpellations sur l'ensemble du territoire, interpellations consécutives à des incendies de poubelles ou de véhicules", a-t-il détaillé.

Brefs incidents à Lyon

A Lyon, de brefs incidents se sont produits vers 1h30 entre les forces de l'ordre et environ 300 jeunes qui s'étaient rassemblés dans le quartier populaire de la Guillotière, après la défaite de l'Algérie face à l'Allemagne (2-1), en 8e de finale du Mondial 2014, à Porto Alegre.

Selon le même scénario que lors des incidents ayant suivi les précédentes rencontres des Fennecs, les heurts ont débuté quand les jeunes ont commencé à lancer des projectiles contre les forces de l'ordre positionnées sur un pont sur le Rhône conduisant au centre-ville. Les forces de police ont utilisé un canon à eau et des grenades lacrymogènes pour les faire refluer.

FRANCE 2

 

Un imposant dispositif policier, de plus de 500 hommes, appuyé notamment par un hélicoptère survolant la ville, avait été mis en place à Lyon pour éviter de nouveaux débordements. La nuit "a été calme, même le concert de klaxons de la semaine précédente ne se reproduisant pas", rapporte Le Monde, qui évoque une "foule peu nombreuse".

Dans le Rhône toujours, de légers heurts ont eu lieu à Vénissieux et Saint-Priest. La soirée a également été marquée par quelques incendies de véhicules dans l'agglomération - 8 recensés vers 2 heures, notamment à Villeurbanne, Vénissieux et Bron - et par des feux de poubelles.

Par ailleurs, à Lyon, une soixantaine de militants de l'extrême droite identitaire ont été interpellés vers 22 heures, alors qu'après le match entre la France et le Nigeria, ils manifestaient leur volonté d'en découdre avec un groupe de militants d'extrême gauche. "Soixante-cinq militants d'extrême droite qui manifestaient à Lyon en marge du match ont fait l'objet de vérifications d'identité à l'hôtel de police", a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur.  

Soirée calme à Marseille

A Marseille, environ 200 supporters algériens, en majorité des jeunes, se sont rassemblés au bas de la Canebière. Ils ont rapidement été encerclés par les forces de l'ordre, déployées en nombre dans le centre-ville (environ 350 policiers et CRS). Vers 1h15, les supporters se sont dispersés sans qu'il y ait eu véritablement d'affrontement, au-delà de quelques jets de canettes. "A la différence de vendredi, la police n'a pas fait usage de lacrymogènes", précise Le Monde. A 1h20, la circulation a été réouverte sur la Canebière.

Petits rassemblements calmes à Paris

A Paris, une vingtaine de supporters de l'Algérie se sont rassemblés dans le calme près de la station de métro Barbès, gardée par de nombreux policiers. Des voitures passaient en klaxonnant, des passagers criant "1,2,3, viva l'Algérie". Plus tard, quelques voitures ont descendu et remonté les Champs-Elysées, drapeaux algériens (et parfois français) au vent, accompagnés de coups de klaxons et de cris "Merci l'Algérie !" Le tout sous la surveillance d'un fort dispositif policier, une cinquantaine de cars de CRS garés alentour et de nombreux motards.

Soirée calme à Lille, incidents à Roubaix

Peu avant 1h30, la préfecture du Nord a indiqué que le calme dominait dans le département, et notamment dans la métropole lilloise. A Lille, la soirée a été calme, sans incident. Quelques klaxons ont retenti. En revanche, à Roubaix, dix véhicules ont été incendiés, selon Le Monde, et deux personnes ont été interpellées. 

Vous êtes à nouveau en ligne