Mondial 2019 : "Corinne Diacre fait toujours passer le football avant tout"

Corinne Diacre, la sélectionneuse des Bleues
Corinne Diacre, la sélectionneuse des Bleues (FRANCK FIFE / AFP)

La sélectionneuse de l'équipe de France a laissé de bons souvenirs à Soyaux, un club qui lui tient à cœur. Ses anciens entraîneurs et coéquipières se souviennent.  

Tout le monde connaît maintenant le visage de la sélectionneuse des Bleues, quasiment inconnu du grand public avant le début du mondial féminin de football en France. Corinne Diacre, 44 ans, est souvent dépeinte comme dure, glaciale, notamment lors des buts de son équipe, qu'elle espère mener en demi-finale vendredi 28 juin. Mais ceux qui connaissent cette entraîneure ne tiennent pas du tout le même discours.

À Soyaux, terre de football, les anciennes coéquipières de Corinne Diacre ne l'ont pas oubliéeBernadette Constantin, ancienne internationale, a joué quelques temps avec la coach des Bleues : "Corinne, elle va à l'essentiel, à la simplicité. Elle est exigeante et rigoureuse, mais pas sévère."  Pourtant, Corinne Diacre s'est fait l’image d’une femme qui étouffe les émotions : "Ce sont ses yeux bleus qui font ça, explique Bernadette Constantin. Ils sont assez transparents et peut-être que ça reflète ce côté-là, la rigueur." 

Corinne Diacre, lors de France-Brésil dimanche 23 juin au Havre
Corinne Diacre, lors de France-Brésil dimanche 23 juin au Havre (FRANCK FIFE / AFP)

Une rigueur que toutes ses connaissances charentaises confirment. Quand la sélectionneuse de l’équipe de France arrive à Soyaux, elle a 14 ans. Elle est alors hébergée par Claude Faure, ancien entraîneur et dirigeant du club depuis les années 60 : "Humainement, elle est très droite, confie-t-il. Elle assume ses choix et elle aime prendre des risques."

Grâce à cette qualité, Corinne Diacre développe une certaine combativité sportive : "On voyait déjà que c'était quelqu'un qui était fait pour la compétition et qui ne venait pas pour être championne départementale", glisse Claude Faure. "Elle est carrée et professionnelle, confirme Philippe Granet, président de la section masculine de Soyaux. Elle a toujours vécu pour le foot, c'est sa priorité. Elle fait passer le foot toujours avant tout." 

Elle avait un mental et une volonté au-dessus de beaucoup d'hommes Philippe Granetà franceinfo

Pour tous ses proches, Corinne Diacre est donc comme tout le monde. Mais la sélectionneuse des Bleues s’est construit une carapace le temps de sa mission à la tête de l'équipe de France. 

Vous êtes à nouveau en ligne