Mondial 2019 : ils se font expulser du stade à cause d'un tee-shirt pour les droits des Iraniennes, la Fifa regrette

Le couple de supporters iraniens exclus du Stade des Alpes (Grenoble) lors du match Nouvelle-Zélande-Canada pendant la Coupe du monde féminine de football. 
Le couple de supporters iraniens exclus du Stade des Alpes (Grenoble) lors du match Nouvelle-Zélande-Canada pendant la Coupe du monde féminine de football.  (Petr Kuzmin)

Après l'intervention d'un vigile, deux spectateurs ont été contraints de quitter le stade de Grenoble avant la rencontre entre la Nouvelle-Zélande et le Canada, samedi dernier. La Fifa assure à franceinfo regretter cette expulsion.

Deux spectateurs iraniens ont été expulsés du Stade des Alpes de Grenoble, samedi 15 juin, quelques minutes avant le match de Coupe du monde féminine opposant la Nouvelle-Zélande au Canada. La raison de cette expulsion ? Ils portaient tous deux un tee-shirt sur lequel était écrit en anglais : "Laissez les femmes iraniennes rentrer dans les stades" et "Pas forcées à porter un hijab". 

En Iran, les femmes n'ont pas le droit d'assister à des matchs de football depuis la révolution islamique, en 1979. Certaines femmes sont ainsi obligées de se déguiser en homme pour pouvoir rentrer dans l'enceinte d'un stade, comme le rappelle Le Figaro. Depuis quelques années, le mouvement Openstadium fait campagne pour que les femmes aient le droit d'accéder aux événements sportifs masculins.

Le couple de supporters iraniens en train d\'être évacués du stade de Grenoble pour le match opposant la Nouvell-Zélande et le Canada le vendredi 14 juin 2019.
Le couple de supporters iraniens en train d'être évacués du stade de Grenoble pour le match opposant la Nouvell-Zélande et le Canada le vendredi 14 juin 2019. (Petr Kuzmin)

Une expulsion désavouée par la Fifa

Petr Kuzmin, un supporter qui se trouvait juste derrière les deux spectateurs reconduits vers la sortie, a assisté à la scène vingt minutes avant le coup d'envoi. "A peine installés, la supportrice iranienne a pris une photo de son acolyte avec le slogan écrit dans le dos", explique Petr Kuzmin, interrogé par franceinfo. "A part leurs tee-shirts, ils n'avaient pas de bannières", ajoute-t-il. 

Puis un vigile – habillé en orange sur la photo – vient les voir. Il engage une discussion, comme le montre la vidéo qu'il a publiée sur Facebook. Le ton de l'échange est calme. "Je pense qu'il a essayé d'être gentil, il leur souriait mais eux ne lui retournaient pas de sourire", explique Petr Kuzmin. Néanmoins, le couple n'a pas protesté et a quitté les lieux, escorté par le vigile.

Le vigile habillé en orange qui a escorté le couple à la sortie du stade à Grenoble. 
Le vigile habillé en orange qui a escorté le couple à la sortie du stade à Grenoble.  (Petr Kuzmin)

Interrogée par franceinfo sur cette expulsion, la Fifa désavoue et regrette cette décision. 

Le message permettant aux femmes d'accéder aux stades de football en Iran est une affaire sociale et non politique. On n'aurait pas dû demander à ces supporters de retirer leur tee-shirt ou de quitter le stade.Le service de communication de la Fifaà franceinfo

En effet, dans son règlement sur la sûreté et la sécurité des stades, l'instance explique à l'article 60 que "la promotion ou l'annonce de messages politiques ou religieux, ou de toute action politique ou religieuse dans l’enceinte ou à proximité immédiate du stade et par quelque moyen que ce soit, est strictement interdite avant, pendant et après les matchs."  

Mais la Fifa assure que ce réglement ne s'appliquait pas dans le cas de ces deux spectateurs au Stade des Alpes. "La promotion de l'égalité des sexes est une priorité, affirme-t-elle avant d'ajouter qu'[elle] fera de son mieux pour que de telles situations ne se produisent pas lors de prochains matchs de la compétition."

Vous êtes à nouveau en ligne